Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 12:41

Trop souvent les maltraitants des personnes vulnérables que sont les enfants, les personnes âgées, et les anciennes victimes de violset de  maltraitances sont des médecins. ( G. Gozlan:  Journ. de Médecine Légale. 1992, T 35, n°7 "Abus sexuels de patients par leur thérapeuthes" , Gérard Lopez  "Conséquences du traumatisme sexuel" , Sexologos  n° 13   mai - juin   2002 , Louise de Urtubay "Quand les psys passent à l'acte"  P.U.F. 2006, etc )

 

La maltraitance des enfants, notamment leur utilisation en tant qu'objet sexuels, est conçue par les psychiatres et les psychanlystes demeurés freudiens, c'est-à-dire négationnistes, non comme une réalité, mais comme relevant de fantasmes œdipiens inconscients. 

Freud  faisait  raconter à sa fille Anna ses masturbations et ses fantasmes sexuels. Freud en a tiré le texte de "On bat un enfant", publié en  1919. Sa fille en est devenue un peu idiote. 

Cette théorie est pourtant récusée par Jacques Lacan et par Mme Elisabeth Roudinesco elle-même - elle y a mis du temps - dans son dernier livre sur Freud (Freud en son temps et le nôtre, le Seuil, nov. 2014).

Preuve est que cette théorie  va à l'encontre de la réalité est l'article que le psychanalyste Roger Perron a consacré à l'inceste dans le Dictionnaire international de psychanalyse d'Alain de Mijolla, qui affirme encore en 2002 que les incestes réels sont rares et exceptionnels alors que rien qu'en  France ils se comptent par millions, et le commentaire du psychiatre-psychanalyste  Samuel Lepastier au sujet de Jeffrey-Moussaïeff Masson et des enfants d'Outreau (son commentaire est paru dans "Le Monde" du 8 février 2006 et dans "Outreau, la vérité abusée" Hugo & Cie éd. octobre 2009).

Il est en France particulièrement dangereux de dénoncer les théorisations freudiennes sous peine de se voir ipso-facto accusé d'antisémitisme (c'est ce qui est arrivé encore récemment à Michel Onfray et à Jacques Bénesteau).

Avec le Dr. Catherine Bonnet (auteur de "L'Enfance muselée" éd. Moll 2007) j'en ai fait la lourde expérience après avoir signalé des faits de maltraitances au Conseil de l'Ordre, ou plus exactement des faits de non assistance à personne en péril de mort, qui, par deux fois faillirent être mortelles en 1990.

Mon père en serait mort si je n'avais pas pu intervenir à temps grâce à la conscience professionnelle des infirmières de l'Unité de Soins Normalisés (sic) de l'hôpital Charles-Foix qui m'avaient signalé qu'elles avaient la consigne de ne faire que semblant d'administrer au malade le traitement spécifique de la maladie de Biermer, en l'occurrence pourtant le seul à être à même de lui sauver la vie puisque mon père  présentait à l'évidence les sympômes caractérstiques d'une très sévère carence vitaminique B12, et que le diagnostic de maladie de Biermer avait été la raison de son hospitalisation en neurologie (ce que l'Inerne avait omis de signaler au Dr. Beinis, que son Service avait spécialement choisi, le sachant aussi peu regardant qu'obéissant.

Les preuves factuelles, et qui plus est l'expertise du Dr. Yves Dano mettaient en l'évidence les innombrables fautes et transgressions qui avaient été commises à l'encontre du plaignant 1° en mai et juin  1990 à la Clinique Léon Elmelik, où une opération où une opération orthopédique bilatérale lui avait été subrepticement et dangereusement infligée malgré les avertissements du cardiologue du patient et mon interdiction par un rhumatologue que se faisait passer pour chirurgien, 2° ensuite dans le Service de neurologie du CHU de Bicêtre,  puis 3° à l'hôpital Charles-Foix.  

Ce signalement m'a valu la persécution de l'Ordre des médecins. 

Le Conseiller-rapporteur de l'Ordre le Dr. Patrice Bodenan, qui se réclamait de la franc-maçonnerie,  me fIt savoir que l'Ordre me le ferait payer.

L Ordre des médecins francs-maçons a en effet le pouvoir de monter ce qui s'appelle un "chantier" pour anéantir les médecins qui transgressent la loi du silence, qui en la matière prévaut sur les lois pénales et civiles de la République française. 

Tout comme le rhumatologue Antoine Denis se targuait à faux d'être chirurgien, le Patrice Bodenan  se targait à faux d'être un médecin réanimateur.

Il n'en a pas moins reçu son accréditation d'Expert près de la Cour d'Appel après qu'il m'a menacé de représailles ordinales.

(Cf. sa carte de visite de  1992  : Patrice BODENAN,  Anesthésiste-Réanimateur, Chef de service adjoint à l'Hôpital Saint-Camille, Pneumologue attaché à l'Hôtel-Dieu de Paris, Expert près des Cours d'Appel de Paris, Membre du Conseil de l'Ordre des Médecins du Val de Marne, Responsable du bureau de Presse, Administrateur du Syndicat des Médecins du Val de Marne, 19, route des Gardes - 92 190 Meudon Tel : 46.26.02.73 )

Ce faussaire s'est permis de demander contre moi l'application de l'article L 460 du CSP - non pas parce que j'avais sauvé la vie de mon père, mais parce que j'avais dérogé au devoir sacro-saint de confraternité corporatiste en n'empêchant pas mon père de porter devant la justice les exactions des médecins qui l'avaient rendu lourdement invalide.

Le procureur de Créteil - Michel Barrau - a par la suite abondé dans ce sens en stipulant dans son réquisitoire avec mépris qu'il n'y avait pas lieu de poursuivre, et ce le 3 juin 1998 alors même qu'il ne pouvait ignorer qu'il y a avait eu récidive au CHU de Mantes la Jolie sous la responsabilité du même médecin ! (voir sur le Web "ordonnance de non lieu et omerta médicale", ainsi que les derniers articles du site <blog de leon - pierre cretien>).

Cette maltraitance m'a non seulement effectivement coûté extrêmement cher, mais elle a aussi côuté très cher à l'Assurrance Maladie et à la Justice.

La maltraitance est plus difficile et même impossible à dénoncer quand elle est institutionnelle.  Selon le professeur Jacques Soubeyrand  ("On tue les vieux" Fayard 2008) la survie moyenne des personnes qui intègrent une maison de retraite est de trois mois.

Au sujet des maltraitances relatives à la Clinique Elmelik avoir fait appel à la Justice n'a servi qu' à encourager ce type de délinquance : à preuve ce qui s'est ensuite passé au CHU de Mantes la Jolie, où seule une exécutante - Christine Malèvre - fut condamnée à une (brève) peine de prison alors qu'elle relevait à l'évidence de la psychiatrie (elle s'était vanté d'avoir fait ce que l'on attendait d'elle, avoir exécuté trente euthanasies, ce qui était par trop inavouable. Seulement quatre lui furent concédées).

Les lois en vigueur en 1990 permettaient pourtant de mettre un terme aux euthanasies clandestines. En ne sanctionnant pas les médecins qui en amont l'avaient pratiquée les pseudos euthanasies paraissaient permises, l'imporant était de les exécuter discrètement.

En témoigne le fait que loin d'avoir fait l'objet d'une citation à la Légion d'Honneur, le Dr. Laurence Kouyoumdjian, qui avait permis de mettre fin à la série des assassinats perpétrés par cette infirmière en en faisant le signalement, a fut sans ménagement priée de déguerpir  alors que le Dr. Olivier Ille, qui s'était gardé de parler, est toujours en place.

La Justice s'est bien gardée de fouiller dans son passé, de peur d'y trouver ce qu'il ne fallait surtout pas révéler.

Il est vrai que selon Denis Salas, magistrat Secrétaire général de l'Association française pour l'histoire de la justice, la Justice n'est pas faite pour dire la vérité et rendre la justice mais pour maintenir l'ordre et la cohésion sociale.

Il ne suffit donc pas de chercher à améliorer ou de changer les lois existantes quand ce sont les mentalités qu'il faudrait réformer.

Ayant vécu mon enfance alternativement en Suède et en France, j'ai fait l'expérience de la différence des mentalités, et ce n'est sans doute pas le fait du hasard si en Suède la prévalence de la schizophrénie n'est que de 0,35 %, contre 1% en France (alors qu' à la différence de la psychiatrie française la psychiatrie suédoise inclut la PHC dans le groupe des schizophrénies).

Ces informations relatives aux causes profondes de la maltraitance des personnes vulnérables ou vulnérabilisées sont à l'intention de Madame Laurence Rossignol, Secrétaire d’État chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie auprès de la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes et à Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux.

Dr. Pierre Cretien  02 96 30 96 14

 

.............................................................

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens