Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 14:43

Remarque préalable : Pour compliquer la situation que m'avaient léguée les médecins de mon père en ne faisant que semblant de lui administrer le traitement de la maladie de Biermer, le médecin traitant de ma mère, le Dr. Henri Ximenès, néphrologue parisien, avait de en juillet 1988 refusé de continuer de l'accepter comme patiente, au prétexte qu'il l'a disait mûre pour l'hôpital psychiatrique alors que depuis  trente-quatre ans elle se rendait tous les mois depuis l'Haÿ-les-les-Roses, au moyen des transports en commun, à son cabinet parisien, situé dans le 17 e arrondissement, où il lui renouvelait depuis ce temps des ordonnances de tranquillisants.

Aux premiers temps, dans les années 1950, Vériane Buriat*, Gardénal*, Natisédine * et Equanil*, puis dans un second temps, dans les années 1960 Librium* Atarax*  Valium 5*,  Lexomil*,  Xanax*, au total 200 grammes de Valium 5,  plusieurs de ces molécules figurant souvent sur la même ordonnance. 

Des ordonnance dont j'ai alors pris connaissance, pieusement conservées qu'elles étaient dans un carton à chaussure.

J'ai téléphoné au docteur Henri Ximenès, qui m' répliqué que j'étais paranoïaque.

Le journaliste René Chiche (Cf. ci-après bibliographie n°22) a rapporté en 2013 comment en France  les mandarins de la médecine et l'Ordre des médecins freinent ou s'opposent à l'information quand celle-ci dérange ou entre dans un conflit d'intérêt  (Cf. aussi sur ce site les interrogations de Jean de Kervasdoué, ex-directeur de la santé, qui, lors d'une conférence qu'il fit à l'Espace - Ethique de l'AP - HP en 2004 ou 2005 fit l'éloge de la médecine en Suède,  comme avant lui l'avait fait à son retour de Suède en 1971 le Professeur Imbert à l'hôpital Boucicaut dans l'excellent Service du Professeur Lénègre.

Le diagnostic d'atteinte du système nerveux central peut être synonyme de LEMP (Leuco Encéphalopathie Multifocale Progressive) et non pas de maladie d'Alzheimer ou d'encéphalopathie vasculaire.

Les leuco-encéphalopathies multifocales progressives sont des affections heureusement très rares. Elles sont décrites comme  effroyables et presque toujours mortelles (Cf. ci-après bibliographie  Atteintes du système nerveux central et infections par le virus VIH -1 (Cf.  n° 19, 2006  de la Revue Neurologique, qui nie l'intérêt de la vitaminothérapie B12 intensive, tel celle dévolue au traitement de la maladie de Biermer.

Cet article est  en ligne sur le Web sur EM Consulte

www.em-consulte.com/en/article/105582

Ce n'est pas ce qui ressort de notre expérience ni l'avis de nombreux auteurs de la revue de référence qu'est Archives of Neurology

 

Une description de la façon dont cette sourde opposition concrètement s'opère (par l'embrouille et la falsification)  est rapportée ci-après de façon chronologique et factuelle sur les sites n° 34640255 et 108281777 html et les derniers articles de ce site. 

Elle illustre combien en France la médecine est l'otage de mandarins plus au service du pouvoir politique et de la haute administration de l'AP - HP qu'au service des malades et de la médecine.

- / - 

Compte-rendu d'hospitalisation daté du 30 septembre 1990 

d'un cas d' ATTEINTE DIFFUSE DU SYSTEME NERVEUX

 

MOTIF DE L’HOSPITALISATION
Troubles de la marche

ANTECEDENTS
HTA essentielle, ancienneté inconnue.
Intervention orthopédique pour orteils en marteau en Avril-Mai 90
Prothèse totale de hanche gauche opérée en 84 pour coxarthrose

HISTOIRE DE LA MALADIE
Se plaint de difficultés à la marche d’installation rapidement progressive au décors de l’intervention orthopédique,
Stable depuis deux mois, la marche est hésitante, la montée des escaliers n’est plus possible, tendance à la rétropulsion et à la chute, le patient étant obligé de
se déplacer avec un déambulateur;

EXAMEN CLINIQUE
Etat général conservé. Apyrexie. Tension fluctuante à l’entrée entre 18/12 et 20/12
La station debout et la marche sont très difficiles petits pas.
Membres inférieurs en hyper-extension. Polygone de sustentation légèrement élargi. Tendance au piétinement et à la rétropulsion.
L’occlusion aggrave l’équilibre (sic)

Au plan neurologique on objective un déficit moteur discret prédominant sur les raccourcisseurs aux membres inférieurs et coté à 4 +.

Aux membres supérieurs les petits muscles des mains interosseux et lombricaux sont discrètement déficitaires à 4. Le tonus est spastique. Les réflexes pyramidaux aux quatre membres, jusqu’en C 4 : Babinski bilatéral.

Au plan de la sensibilité, pas d'astéréognosie. Les troubles prédominent aux membres inférieurs sur la sensibilité proprioceptive. La sensibilité extéroceptive semble normale, bien que fluctuante d'un examen à l'autre et avec une hypo-esthésie au chaud et au froid et à la douleur en chaussette. Il existe une discrète incoordination motrice bien nette aux membres supérieurs avec hypermétrie. L'examen des paires crâniennes est normal en dehors des réflexes du voile abolis. Enfin, il existe depuis deux à trois mois une incontinence sphinctérienne avec mictions impérieuses.

EXAMEN CARDIO-VASCULAIRE: Pouls régulier, pas de souffle cardio-vasculaire. Le reste de l'examen clinique est sans particularité en dehors une tendance dépressive de l'humeur, une critique insuffisante des histoires absurdes chez cet ancien opticien et des capacités d'abstraction qui semblent altérées.Le mini mental est évalué à 25/30.

.../...

DISCUSSION
Myélopathie cervicale, affection dégénérative, encéphalopathie vasculaire.

EXAMENS COMPLEMENTAIRES
Biologie usuelle normale. Hémogramme, hémostase, vitesse de sédimentation, ionogramme, glycémie, fonctions hépatorénales, fonctions phosphocalciques, électrophorèse des protéines sériques, vitamine B12, pholates sériques, test de SCHILLING normaux. Sérologie syphyllitique négative.


Infection urinaire à acinectobacter traitée et stérilisée par NOROXINE
Radiographie rachis cervical et charnière cervico-occipitale : impression basilaire, arthrose cervicale modérée. Scanner cérébral : atrophie cortico-sous-corticale. Aspect de leuco-araïose mais le scanner est de mauvaise qualité, l’analyse de la substance blanche est difficile. Une IRM du rachis cervical avait été proposée pour étayer le diagnostic d'une myélopathie cervicale mais non réalisée devant une peur panique du patient deux jours avant l'examen

CONCLUSION
TROUBLES DE LA MARCHE EN RAPPORT AVEC UNE ATTEINTE DIFFUSE DU SYSTEME NERVEUX
UNTRAITEMENT ANTI-SPASTIQUE POURRAIT ETRE BENEFIQUE
PAS D’INDICATION OPERATOIRE
SYNDROME DEPRESSIF TRAITE PAR PROZAC UN COMPRIME PAR JOUR
REVALUATION DES FONCTIONS SUPERIEURES APRES TRAITEMENT
PATIENT TRANSFERE DANS LE SERVICE DE MEDECINE DU Dr. BEINIS Hôpital CHARLES-FOIX


----------------------------COMMENTAIRES--------------------------------


Le patient avait été admis aux Urgences de Bicêtre  parce qu'il avait été pris d'une telle panique que ses voisins avaient dû faire appel à Police Secours, ce qui est nullement rapporté dans ce CR. 


La cause de son maintien en hospitalisation n'est pas non plus mentionnée : le malade avait été admis en neurologie sur le diagnostic de syndrome neuro-anémique posé aux urgences de l'hôpital. Bien que ce diagnostic ait été très pertinent et implicite d'une carence vitaminique B12 sévère, prescription de vitamine B12 ne figure en conclusion de ce CR.


J'ai ainsi en 1990 dû faire face non seulement à la démence Alzheimer de ma mère, celle-la hélas bien réelle, mais un mois après la sortie de mon père au redressement du diagnostic d' ATTEINTE DIFFUSE DU SYSTEME NERVEUX (sic) porté à l'encontre de mon père. 

Pour compliquer la situation, le médecin traitant de ma mère, le Dr. Henri Ximenès, s'était de son côté mis depuis juillet 1988 à refuser de s'en occuper alors qu'il l'avait depuis plus de trente ans comme fidèle patiente (il lui renouvelait depuis trente-quatre ans ses ordonnances de tranquillisants (Gardénal-Natisédine-Equanil-Librium-Atarax-Valium 5mg x3/j au total 200 grammes de Valium + Lexomil + Xanax etc ... ) parfois plusieurs de ces molécules sur la même ordonnance.

Il était évident que mon père avait souffert d'un syndrome neuro-anémique extrêmement sévère, un syndrome qui s’appellera quelques années plus tard "syndrome de carence vitaminique B12 avec test de Schilling normal" (tableau de sclérose combinée + syndrome tétrapyramidal + délire de Capgras, + glossite de Hunter), c'est-à-dire de symptômes en réalité tous révélateurs car symptomatique d'une sévère avitaminose B12.

Les neurologues qui l'avaient pris en charge à l'hôpital Bicêtre avaient non seulement fait semblant de les méconnaître, mais aussi semblant de lui administrer le traitement correcteur, parfaitement connu, qui à l'évidence s'imposait.


Après qu'ils l'ont fait admettre à l'hôpital Charles-Foix dans le l'Unité de Soins Normalisés du Dr. Jean-Yves Beinis parce que leur malade était selon eux, ainsi que l'a sournoisement rapporté le neurologue François Chedru  dans son expertise "voué une inéluctable plus grande dégradation"(sic), devant la présence évidente d'une glossite de Hunter, glossite caractéristique de l'avitaminose B12, les infirmières de ce Service, comprenant que leur malade souffrait effectivement d'une avitaminose B12 sévère, me firent savoir qu'elles avaient reçu la consigne de n'administrer qu'un semblant de traitement de la maladie de Biermer !

Leur signalement me permit (à moi mais curieusement pas au Dr. Jean-Yves Beinis, à qui le fait fut pourtant signalé) de mettre fin in extremis à ce simulacre.

En mettant moi-même en route le traitement de la maladie de Biermer, mon père sortit du coma où il venait de plonger, se rétablit et regagna en quelques mois à 30/30 au MMSE ses facultés cérébrales (ainsi qu'en fit part Mme le Dr. Martine Desi, l'Assistante du Pr. Gérard Saïd, dans une lettre interne au psychiatre Dominique Roubineau, à qui j'avais demandé que mon père soit mis sous tutelle ou sauve-garde de justice parce qu'il voulait faire une importante donation au Pr François Mazas et aux médecins de Bicêtre qui, croyait-il, s'étaient si bien occupé de lui. Dans le coma lorsque je suis intervenu, longtemps il crut que c'était aux neurologues de Bicêtre et non à mon intervention du 12 septembre 1990 qu'il devait de s'être rétabli ! 
Cf. http://genocides.over-blog.com/une nuit vitaminée 

 

Ci-après lettre du 6 mars 1991 adressée par Martine Desi, alors Assistante du Pr. Gérard Saïd,  Dominique Roubineau, psychiatre dans le Service du Pr. Féline, actuellement le Service du Pr. Patrick Hardy 


<< Mon cher Confrère, ...

A la demande de son fils qui vous amène Mr Pierre Cretien, âgé de 80 ans, en consultation, vous trouverez ci joint les doubles de son C R H à Bicêtre et dans le Service de Moyen Séjour de l'Hôpital Charles-Foix
Depuis ces hospitalisations, Mr CRETIEN a été réhospitalisé dans le Service pour un nouveau bilan neurologique de ses troubles de la marche.
En février 91, les fonctions intellectuelles étaient à la limite de la normale avec un minimental testé à 30/30 (ndlr 30/30 est la normale, et non la "limite") Il existait un syndrome pyramidal des qutre membres avec des troubles de ma marche en rapport avec ses problèmes neurologiques en lesquels rentre également vraisemblablement une participation phobique (ndlr. On ne voit pas comment un syndrome tatrapyramidal aurait pu ne pas s'accompaner de troubles de la marche ! Quant à la "participation phobique" il est normal qu'une grande instabilité à la marche puisse engendrer une participation "phobique"...)
Le scanner met en évidence une hypodensité de la substance blanche périventriculaire et des centres ovales
Ce patient présente actuellement l'intrication de problèmes neurologiques essentiellement vasculaires avec des manifestations phobiques et anxio-dépressives.
Je suis à votre disposition pour ctout renseignement complémentaire concernant ce patient et vous prie de croire, mon cher Confrère, en mes meilleurs sentiments
>>

                                                                  Martine Desi,

 

BIBLIOGRAPHIE 

1 - 1978 Kolhouse & al, New Engl. J. Med.  299, 15, 787 - 792. "Cobalamin analogues are present in human plasma and can mask cobalamin defiency because current radioisotope dilution assays are not specifique for true cobalamin". 

2 - 1987 Berger JR & al. Ann Intern Med. 107 : 78  "Progressive multifocal leukoencephalopathy associated with human immunodefiency virus infection". 

3 - 1987 Ogier H. & al. éd. Masson  "La cobalamine (vitamine B12), APECTS METABOLIQUES, GENETIQUES, NUTRITUIONNELS ET THERAPEUTIQUES"; 254-281. 

4 -  1988  J. Lindebaum &  al. N. Engl. J. of Med.  "Neuropsychiatric disorders caused by cobalamin deficiency in the absence of anemia or macrocytosis" 

5 - Arch Neurol 1991;48(3):312-314. "Abnormal vitamin B12 tabolism in human immunodeficiency virus infection : association with neurological dysfunction" (Accepted for publication September 5,1990). 

6 - Arch Neurol 1992;49:501-506. "Plasma Vitamin B12 Level as a Potential Cofactor in Studies of Human Immunodeficiency Virus Type 1- Related Cognitive Changes". 


7 - Arch Neurol 1993;50:807-811. Robertson et al. "Vitamin B12 Deficiency and Nervous System Disease in HIV Infection" 

8 - JAMA 1993;269:1144-1153. "Preventive Health Care for Adults With HIV Infection" 

9 - Arch Fam Med 1994;3:988-1002. "Human Immunodeficiency. Physician Guidelines, Advisory Group on HIV Second Edition" 

10 - J. Nutr. 1997;127:345-351. "Low Serum Vitamin B-12 Concentrations Are Associated With Faster Human Immunodeficiency Virus Type 1 (HIV-1) Disease Progression".  

11 - AIDS Clin Care 1998;1-1 "Peripheral Neuropathy in HIV Disease". 

12 - Neurology 1999;53:592-592. "Prevalence of peripheral neuropathy in injection drug users" 

13 - Arch Neurol 1999;56:84-89. "Peripheral Nerve Function in HIV Infection: Clinical, Electrophysiologic, and Laboratory Findings" 

14 - Pediatrics 2000;106:35e-35. "Distal Sensory Polyneuropathy in a Cohort of HIV-Infected Children Over Five Years of Age" 

15 - Neurology 2002;58:730-735. "Abnormal cobalamin-dependent transmethylation in AIDS-associated myelopathy" 

16 - Revue de Médecine Interne 2003;24 (4): 218-223. "Carence en vitamine B12 avec test de Schilling normal ou syndrome de non dissociation de la vitamine B12 de ses protéines porteuses chez le sujet âgé. Etude de 60 patients".

17* - Arch Neurol. 2003;60(10):1457-62.) "Neuropsychiatric disturbances in presumed late-onset cobalamin C disease". (E. Roze, D. Gervais, S.Demeret, H. Ogier de Baulny, J. Zittoun, J.-F. Benoist, G. Saïd, C. Pierrot-Deseilligny, F. Bolgert) 

18 - L' Encéphale, décembre 2003 Vol 29 (6), p. 560 - 565. "Délire Capgras chez une patiente de 64 ans atteinte d'une maladie de Biermer". ( C. Durand; S. Mary; P. Brazo; S. Dollfus).

19 - Revue Neurogique 2006;162 (1):22-42. Atteintes du système nerveux central et infections par le virus VIH -1 (Antoine Moulignier, Service de Neurologie, Fondation Adolphe Rotschild, 75019, Paris)

20 - Jean-Louis Signoret, Jean-Jacque Hauw "Maladie d'Alzheimer et autres démences" Fammarion Médecin-Sciences 1991 (ce livre de référence de même que la Revue Archives of  Neurologie ont bizarrement été frappés d'interdiction  de parution à la bibliothèque universitaire du CHU Bicêtre et retirés des rayonnages sur ordre du Pr. Gérard Saïd ! ) 

22 - René Chiche, Enquête sur les mandarins de la médecine. EDITIONS DU MOMENT,  avril 2013  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens