Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 11:12

1 /page d'accueil du blog "genocides.over-blog.com" relative aux dix articles les plus visités au premier  jour de juillet 2015

2 /article récupérer-les-pieds-sur-terre-l-energie-des-marees.html

3 /article-complications-psychiatriques-des-carences-cobalaminiques-69970222.html

4 /article-cancer-de-la-bouche-expliqué-par-l-inconscient-et-la-forclusion-96214446.html (cet article raille le délire d'interprétation d'un psychiatre-psychanalyste qui se croit "lacanien") 

5 /article-dr-patrice-bodenan-a-monsieur-le-dr-jean-penneau-71859487.html (par où le 10 janvier 1994 le frère°°° Patrice Bodenan réclame  contre moi au Conseil disciplinaire de l'Ordre Régional des médecins l'application de l'article L 460 du CSP au prétexte que je serais atteint d'un "délire de persécution" alors même qu'il m'avait expressément menacé de représailles ordinales le 27 avril 1992 pour n'avoir pas empêché mon père de porter plainte contre X concernant les exactions inimaginables qu'il avait subrepticement enduré en 1990 à la Clinique de ses amis la Clinique Léon Elmelik, une plainte pour "coups et blessures volontaires et non assistance à personne en péril de mort".  

Portée le 17 décembre 1990, la plainte de mon père était essentiellement axée à l'encontre les médecins de la Clinique Elmelik qui avaient abusé de sa grande vulnérabilité pour lui infliger des actes inutiles mais pour eux rémunérateurs, une plainte contre X non particulièrement axée contre les médecins des CHU Bicêtre et Charles-Foix parce qu'il croyait encore leur devoir la vie quand il a formulé sa plainte (voir l'article "ordonnance abusive de non lieu et omerta médicale" )    

6 /article-le-delire-de-capgras-ou-delire-des-sosies n° 79851918.html

7 /article-et-si-freud-avait-analyse-adolf-hitler n°109938504.html

8 /article n° 34292619.html  portant sur ma réponse aux faux fuyants des explications du directeur de l'AP - HP au sujet des intolérables manquements du Service de neurologie de l'hôpital Bicêtre en 1990 (manquements qui faillirent être mortels pour mon père le 12 septembre 1990 mais le ne furent pas parce j'avais été prévenu à temps par les infirmières qui s'occupaient de lui qu'ordre avait été donné par leur Chef de Service de ne faire que semblant de lui administrer le traitement de la maladie mortelle pour laquelle il avait été hospitalisé. Ces manquements avaient laissé mon père très lourdement handicapé du fait que cinq semaines avaient été perdues dans le traitement d'une affection faisant partie des urgences thérapeutiques

9 /article-tu-ne-fera-pas-de-faux-temoignages-95140397.html

(les premiers experts ont dans cette affaire rendu  en toute connaissance de cause une expertise à l'évidence bidonnée et contredite par le quatrième expert, plus indépendant de l'AP - HP 

mais non de l'Ordre de médecins)

10 /article-au-sujet-de-la-disparition-de-la-petite-fioana-118002004.html (une personne de ma connaissance me disait faire des rêves souvent prémonitoires et visionnaires. Elle aurait fait ce rêve la veille de l'annonce de la disparition de Fiona) 

.........................................................................................................

L'article ci-après s'inspire de la lettre que j'ai adressée à madame Rama Yade, qui a avancé l'idée, à mon avis pertinente (à part le "nos", au lieu de "les")  d'un "Service Civique Obligatoire"

Pour le promouvoir elle aurait déclaré :

« Il faut re-considérer nos ( !? )  personnes âgées comme des citoyens engagés dans la société et non plus comme une charge !».

J'ai mis près d'un demi siècle à trouver la technique qui permet de récupérer l'énergie potentielle des marées de façon autrement plus économique écologique et massive que celle consistant à construire des barrages.

J'avais 26 ans quand j'en ai eu l'intuition alors que la construction de l'usine marémotrice de la Rance s'achevait.

Revenu habiter en Bretagne en 2005, après l'avoir longtemps cherchée, la solution m'est finalement apparue en juin 2012  alors que j'avais cessé de croire à la possibilité d'une autre technique. 

Comprenant son importance économique, je l’ai immédiatement proposée au gouvernement, répondant ainsi par avance au concept de Service Civique Obligatoire. 

Je l'ai testée sur maquette. Il n'y a aucune raison qu'elle ne soit pas opérationnelle en vraie grandeur, même par les tempêtes les plus rudes.

Mais médecin, je ne suis pas ingénieur (ce qui avait été ma vocation première), et j'ai maintenant 76 ans.

Cet état de fait explique que mes interlocuteurs (notamment les ministres en charge de l'écologie, de l'énergie et du développement durable) n'ont pas voulu croire à la validité de la technique que je préconise bien que premier minisitre Jean-Marc Auyrault les ait invité à étudier la question.  

La technique que je préconise est pourtant eu égard à ses énormes potentialités tout à fait en mesure de résoudre le problème de  la transition énergétique à moindre coût.  Mais selon ce que doivent penser ces ministres, si elle était possible il y a longtemps qu'elle aurait été découverte et mise à profit ! 

Ce présupposé a un contre-exemple, celui de la découverte de la pôssibilité d'un syndrome neurologique maintenant  dénommé syndrome NBB12PP (un syndrome de carence vitaminique B12 compatible avec une vitaminémie 12 normale et un test de Schilling lui aussi normal .

 

J'avais dû en formuler l'hypothèse en août 1990 quand les neurologues de Bicêtre n'ont pas su (ou voulu) l'accepter.Ils m'avaient pris pour un insensé et l'avaient fait savoir au Dr. Jean-Yves Beinis afin qu'il fasse comme eux que semblant d'accéder à ma proposition quand il lui ont adressé mon père, alors qu'il était à l'évidence victime d'un tel syndrome. Désormais  connu sous le nom de syndrome de Non Dissociation de la vitamine B12 de ses Protéines Porteuses il avait fait l'objet du même genre d'incrédulité.

Quand mon père a été hospitalisé à l'hôpital Bicêtre en neurologie dans le Service du professeur Gérard Saïdn il présentait la symptomatologie caratéristique ("pathognomonique" dans le jargon médical) de la maladie de Biermer alors que ni le test de Schilling ni la vitaminémie B12 n'avaient, du moins dans un premier temps, confirmé l'existence de cette maladie. J'avais en vain plaidé

1° que "la clinique prime le laboratoire" 

 que le test deSchilling avait par lui-même apporté une amélioration clinique significative quoique fugace et transitoire lors de sa passation. 

Je n'avais pas réussi à convaincre mes confrères, qui se sont très curieusement comportés comme si je leur tenais là des propos insensés (l'index pointé sur la tempe) alors que mes remarques non seulement étaient de bon sens mais même à cette époque pas même incongrues, ainsi que le montrait déjà en 1978 dans le New England Journal of Medicin l'article  "Cobalamin analogues are present in human plasma and can mask cobalamin defiency because current radioisotope dilution assays are not specifique for true cobalamin".       

Il m'était donc déjà arrivé d'être moqué alors que j'étais pratiquement le seul,en 1990, du moins en France, avec mon confrère le docteur Michel Serdaru, neurologue émérite de la Fédération Française de Neurologie, à affirmer l’existence possible des ‘‘syndromes de carence vitaminique B12 avec test de Schilling normal ET vitaminémie B12 normale’’, c'est-à-dire de formes particulières (non "orthodoxes")  de la maladie de Biermer, alors considérée comme la principale cause - à 80 % - de malabsorption digestive de la vitamine B12, alors que la réalité de cette autre occurrence est maintenant non seulment  reconnue pour être extrêmement fréquente, mais en fait bien plus fréquente que la maladie de Biermer, une maladie par elle-même déjà très fréquente (touche déjà 7% des personnes de plus de 65 ans !, alors que selon les estimations la syndrome NDB12PP 

Cette forme particulière est désormais connue (mais pas assez : le "Magazine de la Santé -allo docteur" p.ex. n’en parle pas, n’en à jamais parlé et refuse même d'en parler bien que ce soit une des avancées majeures de la médecine de ces 25 dernières années) sous le nom de syndrome NDB12PP (syndrome de Non Dissociation de la vitamine B12 de ses Protéines Porteuses).

En 1990 j'en avais formulé l'hypothèse devant un cas concret en rappelant aux neurologues qui avaient mon père en charge à l'rhôpital Bicêtre que "la clinique prime le laboratoire", une hypothèse dont la validation m'a coûté extrêmement cher du fait des persécutions perpétrées à mon encontre par l'Ordre des médecins et l'AP-HP, contrariés, pour ne pas dire paniqués à l'idée que mon père, une fois rétabli, puisse porter devant la justice les exactions inimaginables dont il avait été victime à la Clinique Léon Elmelik alors qu’il en souffrait et avait par la suite dans les hôpitaux de l’Assistance Publique été laissé pour compte sans véritable traitement, que ce soit pour protéger la Clinique Léon Elmelik, connue des Services de l’AP – HP et de la PJ à l'Hay¨-les-Roses pour être « protégée en hauts lieux », c’est-à-dire par l’Ordre des médecins et le Ministère de la Santé, c’est-à-dire par le parquet, c’est-à-dire par le gouvernement en place à cette époque, qui avait, et pour cause, renoncé à supprimer l’Ordre des médecins (voir René Chiche "Enquête sur les madarins de la médecine" EDITIONS DU MOMENT, et www.omerta médicale - blog de leon).

Concernant la technique inédite pour récupérer très massivement et cologiquement l'énergie des marées me contacter ou voir à www.ademe - blog de leon

Une tentative d'escroquerie financière venant du maire ‘‘socialiste’’ de l'Haÿ-les-Roses, à l'époque Marc Méchain, avait ainsi pu s’y commettre au dépens de mon père quelques semaines avant que de très nombreuses fautes, toutes plus grossières les unes que les autres et toutes potentiellement mortelles, ont été commises le 25 mai 1990 à son encontre.

Des fautes que les neurologues de l'hôpital Bicêtre - il s'agit du Service alors tenu par le professeur Gérard Saïd - auraient  pu et dû réparer très facilemen et très économiquementt en suivant mon avis diagnostice et thérapeutique .

Ils s'en gardèrent, préférant les relayer, s’arrangeant pour laisser mon père dépérir  en le laissant sans traitement efficace alors qu’il souffrait à l’évidence de tous les symptômes cliniques qui caractérisent la maladie de Biermer, une maladie qui est maintenant considérée comme une forme particulière, mais pas la plus fréquente, du syndrome NDB12PP, un syndrome neurologique causé par une malabsorption digestive de la vitamine B12, une ‘‘découverte’’ (en fait de découverte tout simplement une proposition pertinente) qui aurait dû me valoir les honneurs mais qui au contraire m’a valu d’être vilipendé par un parquet voué à la protection du CNTS et de l’AP – HP au dépens de leurs victimes après que les reponsables de ces institutions se sont rendues "responsables mais non coupables" de dizaines de milliers de contaminations transfusionnelles par le VIH.

C’est ainsi que ma pertinente proposition a été jugée impertinente par le parquet, qui  s'est gaussé de ce que j'avais parlé d'une opération intempestive de la part du Dr. Antoine Denis (le pseudo chirurgien de la Clinique léon Elmelik que le Pr. André Lienhart avait lui même qualifié devant le Pr. René-Claude TouzartMaître Annick Dorsner-Dolivet et moi le 5 janvier 1996 de "chirurgien de banlieue"  puis de "meilleur spécialiste qui soit" dans son expertise -devoir confraternité et Conseil de l'Ordre obligent  - m’a coûté extrêmement cher en plus de m’avoir valu des persécutions de l’Ordre des médecins via les mencaces de représaillesbrandies parle  Dr. Patrice Bodenan°°°  dans son alliance  au  très ‘‘éthique’’ professeur  Gérard Saïd.

La France n’est-elle pas un pays de basse intensité démocratique ?

Les neurologues du Service de neurologie de l’hôpital Bicêtre avaient passé secrètement au Dr. Jean-Yves Beinis, médecin-Chef de l'Unité de Soins Normalisés (sic) de l'hôpital Charles-Foix, la consigne de continuer à ne faire que semblant d'administrer au malade qu’ils venaient de lui adresser le traitement cobalaminique drastique qui était nécessaire de faire, le seul à être en mesure de contrer les symptômes de la maladie mortelle dont souffrait le malade, des symptômes douloureux que le rhumatologue (il se faisait passer pour chirurgien orthopédiste) de la Clinique Léon Elmelik avait prétendu pouvoir éradiquer par une dangereuse et très intervention chirurgicale bilatérale au prétexte que les symptômes provenaient de la "mauvaise morphostatique" des pieds du malade (Cf. http://génocides.over-blog.com  34640255 html )

Cette consigne concluait la lettre manuscrite datéer du 22 août 1990 que l'Interne, Olivier Ille, avait joint au transfert du malade dans le Service du Dr. Jean-Yves Beinis (lire la suite dans le précédent article de ce blog)

BIBLIOGRAPHIE

1 - 1978 Kolhouse & al, New Engl. J. Med.  299, 15, 787 - 792. "Cobalamin analogues are present in human plasma and can mask cobalamin defiency because current radioisotope dilution assays are not specifique for true cobalamin". 

2 - 1987 Berger JR & al. Ann Intern Med. 107 : 78  "Progressive multifocal leukoencephalopathy associated with human immunodefiency virus infection". 

3 - 1987 Ogier H. & al. éd. Masson  "La cobalamine (vitamine B12), APECTS METABOLIQUES, GENETIQUES, NUTRITUIONNELS ET THERAPEUTIQUES"; 254-281. 

4 -  1988  J. Lindebaum &  al. N. Engl. J. of Med.  "Neuropsychiatric disorders caused by cobalamin deficiency in the absence of anemia or macrocytosis" 

5 - Arch Neurol 1991;48(3):312-314. "Abnormal vitamin B12 tabolism in human immunodeficiency virus infection : association with neurological dysfunction" (Accepted for publication September 5,1990). 

6 - Arch Neurol 1992;49:501-506. "Plasma Vitamin B12 Level as a Potential Cofactor in Studies of Human Immunodeficiency Virus Type 1- Related Cognitive Changes". 

7 - Arch Neurol 1993;50:807-811. Robertson et al. "Vitamin B12 Deficiency and Nervous System Disease in HIV Infection" 

8 - JAMA 1993;269:1144-1153. "Preventive Health Care for Adults With HIV Infection" 

9 - Arch Fam Med 1994;3:988-1002. "Human Immunodeficiency. Physician Guidelines, Advisory Group on HIV Second Edition" 
10 - J. Nutr. 1997;127:345-351. "Low Serum Vitamin B-12 Concentrations Are Associated With Faster Human Immunodeficiency Virus Type 1 (HIV-1) Disease Progression".  

11 - AIDS Clin Care 1998;1-1 "Peripheral Neuropathy in HIV Disease". 

12 - Neurology 1999;53:592-592. "Prevalence of peripheral neuropathy in injection drug users" 

13 - Arch Neurol 1999;56:84-89. "Peripheral Nerve Function in HIV Infection: Clinical, Electrophysiologic, and Laboratory Findings" 

14 - Pediatrics 2000;106:35e-35. "Distal Sensory Polyneuropathy in a Cohort of HIV-Infected Children Over Five Years of Age" 

15 - Neurology 2002;58:730-735. "Abnormal cobalamin-dependent transmethylation in AIDS-associated myelopathy" 

16 - Revue de Médecine Interne 2003;24 (4): 218-223. "Carence en vitamine B12 avec test de Schilling normal ou syndrome de non dissociation de la vitamine B12 de ses protéines porteuses chez le sujet âgé. Etude de 60 patients".

17*- Arch Neurol. 2003;60(10):1457-62.) "Neuropsychiatric disturbances in presumed late-onset cobalamin C disease". (E. Roze, D. Gervais, S.Demeret, H. Ogier de Baulny, J. Zittoun, J.-F. Benoist, G. Saïd, C. Pierrot-Deseilligny, F. Bolgert) 

NB : Le très éthique professeur Gérard Saïd avait en novembre 1997 fait supprimer l'abonnement de la bibliothèque du CHU de Bicêtre à cette prestigieuse Revue qu'est Archives of Neurology en même temps qu'il avait fait retirer les numéros déjà parus des rayonnages de cette  bibliothèque au prétexte qu'il s'agissait d"une "très mauvaise revue".  Le professeur Gérard Saîd fit pourtant par la suite des pieds et des mains  pour voir son nom accolé à celui des Drs. Hélène Ogier de Baulny qui ne le connaissait même pas, et de Jacqueline Zittoun, à qui j'avais fait part du cas de mon père en 1992 en même temps qu'au professeur François Piette et du Dr. Michel Serdaru, après en avoir fait part dès 1990-91 au professeur Yves Najean à Saint-Louis, tant la stupéfiante resurrection de mon père me semblait valoir de plus grandes et plus fiables investigations cliniques. 


18 - L' Encéphale, décembre 2003 Vol 29 (6), p. 560 - 565. "Délire Capgras chez une patiente de 64 ans atteinte d'une maladie de Biermer". ( C. Durand; S. Mary; P. Brazo; S. Dollfus).

   

19 - Revue Neurogique 2006;162 (1):22-42. Atteintes du système nerveux central et infections par le virus VIH -1 (Antoine Moulignier, Service de Neurologie, Fondation Adolphe Rotschild, 75019, Paris)

20 - Anne Marie Casteret "L'affaire du sang"
(La découverte, 1992) 

21 -  René Chiche "ENQUÊTE SUR LES MANDARINS DE LA MEDECINE" (Ed. du Moment avril  2013)

--------------------------------------------------------------------------------------------

CR d'hospitalisation sciemment fallacieux daté du 30 septembre 1990

(officiellement établi par Olivier Ille)


MOTIF DE L’HOSPITALISATION        
       Troubles de la marche

ANTECEDENTS
       HTA essentielle, ancienneté inconnue.
       Intervention orthopédique pour orteils en marteau en Avril-Mai 90
       Prothèse totale de hanche gauche opérée en 84 pour coxarthrose

HISTOIRE DE LA  MALADIE
      Se plaint de difficultés à la marche d’installation rapidement progressive au décors de l’intervention orthopédique,
      Stable depuis deux mois, la marche est hésitante, la montée des escaliers n’est plus possible, tendance à la rétropulsion et à la chute, le patient étant obligé de
      se déplacer avec un déambulateur;

EXAMEN CLINIQUE
        Etat général conservé. Apyrexie. Tension fluctuante à l’entrée entre 18/12 et 20/12
        La station debout et la marche sont très difficiles petits pas.
        Membres inférieurs en hyper-extension. Polygone de sustentation légèrement élargi. Tendance au piétinement et à la rétropulsion.
        L’occlusion aggrave l’équilibre  (sic)

       Au plan neurologique on objective un déficit moteur discret prédominant sur les raccourcisseurs  aux membres inférieurs et coté à 4 +.

       Aux membres supérieurs les  petits muscles des mains interosseux et lombricaux sont  discrètement déficitaires à 4. Le tonus est spastique. Les réflexes pyramidaux aux quatre membres, jusqu’en C 4 : Babinski bilatéral.

      Au plan de la sensibilité, pas d'astéréognosie. Les troubles prédominent aux membres inférieurs sur la sensibilité proprioceptive. La sensibilité extéroceptive semble  normale, bien que fluctuante d'un examen à l'autre et avec une hypo-esthésie au chaud et au froid et à la douleur en chaussette. Il existe une discrète incoordination motrice bien nette aux membres supérieurs avec hypermétrie. L'examen des paires crâniennes est normal en dehors des réflexes du voile abolis. Enfin, il existe depuis deux à trois mois une incontinence sphinctérienne avec mictions impérieuses.

EXAMEN CARDIO-VASCULAIRE: Pouls régulier, pas de souffle cardio-vasculaire. Le reste de l'examen clinique est sans particularité en dehors une tendance dépressive de l'humeur, une critique insuffisante des histoires absurdes chez cet ancien opticien et des capacités d'abstraction qui semblent altérées.Le mini mental est évalué à 25/30.
.                                                                                                                                 .. /..

 

DISCUSSION 
 Myélopathie cervicale, affection dégénérative, encéphalopathie vasculaire.

EXAMENS  COMPLEMENTAIRES                                                                                                                                   
     Biologie usuelle normale. Hémogramme,   hémostase, vitesse de sédimentation, ionogramme, glycémie,  fonctions hépatorénales, fonctions phosphocalciques, électrophorèse des protéines sériques, vitamine B12, pholates sériques, test de SCHILING normaux.(sic) Sérologie syphilitique  négative. 

Infection  urinaire à acinectobacter traitée et stérilisée par NOROXINE     
Radiographie rachis cervical et charnière cervico-occipitale : impression basilaire, arthrose cervicale modérée. Scanner cérébral : atrophie cortico-sous-corticale. Aspect de leuco-araïose mais le scanner est de mauvaise qualité, l’analyse de la substance blanche est difficile.                                                                                                                                             Une  IRM du rachis cervical avait été proposée pour étayer le diagnostic d'une myélopathie cervicale mais non réalisée devant une peur panique du patient deux jours avant l'examen
 
CONCLUSION
TROUBLES DE LA MARCHE  EN RAPPORT AVEC UNE ATTEINTE DIFFUSE DU SYSTEME NERVEUX
UNTRAITEMENT ANTI-SPASTIQUE POURRAIT  ETRE BENEFIQUE
PAS D’INDICATION OPERATOIRE
SYNDROME DEPRESSIF TRAITE PAR PROZAC UN COMPRIME PAR JOUR
REVALUATION DES FONCTIONS SUPERIEURES APRES TRAITEMENT
PATIENT TRANSFERE DANS LE SERVICE DE MEDECINE DU Dr. BEINIS Hôpital CHARLES-FOIX

-----------------------------------------------
Commentaire. 

Le patient avait été hospitalisé parce q u'il  avait été pris d'une telle panique que ses voisins avaient  dû faire appel à Police Secours, ce qui est nullement  rapporté dans ce CR.
La cause réelle  de son hospitalisation n'est pas plus mentionnée : le malade avait été admis en neurologie sur le diagnostic de syndrome neuro-anémique porté aux urgences de l'hôpital et aucune prescription de vitamine B12 ne figure en conclusion de ce CR.

J'ai en 1990 dû faire face non seulement à la démence Alzheimer de ma mère du fait que son médecin traitant, le Dr. X., s'était mis depuis juillet 1988 à refuser de s'en occuper alors qu'il l'avait depuis plus de trente ans comme fidèle patiente (il lui renouvelait depuis trente-quatre ans ses ordonnances de tranquillisants (Gardénal-Natisédine-Equanil-Librium-Atarax-Valium 5mg x3/j au total 200 grammes de Valium + Lexomil + Xanax etc parfois plusieurs de ces molécules sur la même ordonnance) mais aussi au traitement mortellement erroné d'une fausse maladie d'Alzheimer soi-disant greffée sur une prétendue encéphalopathie vasculaire, le tout ayant  aboutit à un diagnostic d' "ATTEINTE DIFFUSE DU SYSTEME NERVEUX" (sic), diagnostic porté à l'encontre de mon père sur son Contre-Rendu d'hospitalisation un mois après sa sorti alors qu'il était évident qu'il avait souffert d'un syndrome neuro-anémique extrêmement  sévère (un syndrome qui s'appelera quelques années plus tard  "syndrome de carence vitaminique B12 avec test de Schilling normal" (tableau de sclérose combinée + syndrome tétrapyramidal + délire de Capgras, c'est-à-dire de symptômes en réalité tous  révélateurs d'une sévère avitaminose B1 sinon de la maladie de Biermer dans sa forme classique).

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens