Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 16:33

RESUME : Le diagnostic de maladie d'Alzheimer est de plus en plus fréquemment porté. Sans doute est-ce encore trop souvent à tort parce que comme je l’ai maintes fois constaté la plupart des médecins praticiens ignorent encore l'existence d'un syndrome pernicieux très courant quoique très efficacement curable, pourvu qu'il soit reconnu à temps, et donc reçoive sa thérapie spécifique sans attendre que le malade soit si mal en point qu'il soit confondu avec un malade affecté de la maladie d'Alzheimer. Ce déroutant syndrome, dont j'avais en août 1990 eu l'occasion de de suspecter la possibilité devant un cas clinique qui avait été à tort étiqueté  "DTA" (Démence de Type Alzheimer) a en France depuis 2003 reçu le nom de "syndrome NDB12PP" cependant que dans les pays anglosaxon il a reçu celui de "Cobalamin Food Malabsorption syndrom". C'est le rapide et surprenant rétablissement des fonctions intellectuelles d'un malade sous l’effet de son remède spécifique, la cobalamine, qui m'a inspiré l'ouverture de ce blog en 2009. Mon rapport n’ayant apparemment pas été suffisamment pris au sérieux, ce cas m’a aujourd’hui inspiré les présentes réflexions sur une des raisons possibles de l'augmentation du nombre de malades qui ont pu être à tort irrémédiablement étiquetés "maladie d'Alzheimer".

ABSTRACT : The diagnosis of Alzheimer's disease is increasingly done frequently. Without doubt this is too often wrongly because most medical practitioners are still unaware of the existence of a pernicious syndrome very common although it’s very effectively treatable, provided it is recognized in time, and therefore receives its specific therapy without waiting until it is so advanced that the case looks as an Alzheimer's disease. This puzzling syndrome, which I had in august 1990 suspected the possibility in a clinical case which had wrongly been labeled "DTA" (Alzheimer Type Dementia), has since 2003 in France been named "NDB12PP syndrome", while in the Anglo-Saxon countries the syndrom has been named "Food Cobalamin Malabsorption syndrom". The further evolution under acurate therapy of this original case inspired me to open my blog in 2009 because the case was not sufficently taken as actual and sincer. It inspired me today the thought on a possible source to the increasing number of patients being irremediably wrongly labeled "Alzheimer's disease".

 

Le diagnostic de maladie d'Alzheimer est de plus en plus fréquemment porté ...  et sans doute est-ce encore trop souvent à tort.

Pourquoi ?

Parce que la plupart des médecins ignorent encore aujourd'hui la découverte faite en 1973 d'un syndrome clinique pernicieux. J'ai maintes fois eu l'occasion de le constater, une première fois en août 1990, à mes dépens, parce que j'en avais émis l'idée, qui m'a valu moqueries avant de me valoir persécutions institutionnelles après qu'elle s'est révélée tellement pertinente que les neurologues qui n'avaient pas su l'accepter en prirent ombrage. Ils et firent tout ce qu'ils pouvaient pour escamoter le problème avant de s'attribuer de façon assez tortueuse le bénéfice de ce qui n'étai de ma part qu'une redécouverte (Cf. infra).   

Le problème est donc que ce syndrome est resté longtemps quasiment inconnu même après sa mise en évidence en 1990, alors qu'il peut donner - et avait effectivement donné dans le cas dont j'avais eu à m'occuper - le change avec la maladie d'Alzheimer lorsqu'il est laissé sans son traitement spécifique, en l'occurrence celui de la maladie de Biermer (le cas a été relaté sur la Toile, entre autres, sur le site 34640255 html).

Ce syndrome  encore largement méconnu des médecins praticiens est depuis 2003 appelé syndrome NDB12PP (anciennement  "syndrome de carence vitaminique B12 avec test de Schilling normal") alors qu'il aurait, selon E. Andrès & al. dans un de leurs nombreux articles consacré à la redécouverte de ce syndrome, été découvert et décrit dès 1973 par Doscherholmen (Cf. La Presse Médical, janvier 2009, Volume 38, n°1, pages 55 - 62)

Ils y écrivent :<< Ce syndrome étant méconnu d'un grand nombre de cliniciens il nous a semblé opportun de présenter dans un article de synthèse les différents aspects physiopathologiques et cliniques, ainsi que les particularités thérapeutiques de ce syndrome de NDB12PP, et ce à partir d'une revue des données de la littérature et de notre expérience personnelle >>. Il l'est encore en 2016, du moins en France, le "Magazine de la Santé" (Fr. 5) refusant d'en parler, on se demande bien pourquoi ? 

Ce que Emmanuel Andrès & al. ne mentionnent pas, soit qu'ils l'ignorent, soit qu'ils préfèrent le taire, c'est que sa redécouverte a été très fortuitement mise en évidence dans un Service de l'AP - HP bien avant que ce qu'en a dit l'auteur de ces lignes, même s'il peut prétendre avoir été le premier en France à en avoir formulé l'hypothèse en 1990.

J'en avais en effet formulé l'hypothèse dans des circonstances qui étaient non seulement extrêmement dramatiques, mais aussi très confuses (Cf. www. doscherholmen - emmanuel andrès - vitamine B12).

Les circonstances qui m'en avaient fait évoquer l'hypothèse en parlant d'un "syndrome para biermerien" étaient très piégeuses, aussi "vicieuses" que "pernicieuses".

La maladie de Biermer est d'ailleurs elle-même appelée "anémie pernicieuse".

Kolhouse & al.avaient en 1978 publié dans le New England Journal of Medicin un article en rapport avec ce piège, un article longuement intitulé  "Cobalamin analogues are present in human plasma and can mask cobalamin defiency because current radioisotope dilution assays are not specifique for true cobalamin" (1978 Kolhouse & al, New Engl. J. Med.  299, 15, 787 - 792.) Un article que Andrès & al. omettent curieusement de mentionner dans la bibliographie consacrée à la redécouverte dudit syndrome, un index bibliographique qui aligne pourtant 42 références

Pour compliquer la compréhension du phénomène, le malade qui avait développé ce syndrome avait aussi développé un délire propre aux démyélinisations que causent les carences vitaminiques B12 très sévères,  telles qu'elles existent, entre autres causes alors principalement connues, dans la maladie de Biermer.

Ce délire avait été individualisé et décrit en 1923 par Sérieux et Capgras (Cf. C. Durand; S. Mary; P. Brazo; S. Dollfus,   L' Encéphale, décembre 2003 Vol 29 (6), p. 560 - 565. "Délire Capgras chez une patiente de 64 ans atteinte d'une maladie de Biermer").

Ce délire aussi appelé délire d'illusion des sosies, délire avait fait penser à mon père que je n'étais pas son véritable fils, mais un imposteur qui en voulait à sa à son argent et à sa vie en se faisant passer pour son fils. Un argent qu'il voulait alors transmettre avant sa mort à son fils véritable, qu'il prétendait médecin stomatologue et professeur de médecine, et non pas à ce "faux fils", un faux fils qui se prétendait psychiatre et psychanalyste !.

Mon père se sentait menacé de mort, et il l'était effectivement, mais pas par son soi-disant "faux fils" ni par ce qu'il avait interprété comme étant un cancer osseux du fait de douleurs profondes (proprioceptives) et cutanées qu'il éprouvait, mais à cause d'une carence vitaminique B12 sévère que n'avait ni détecté un premier test de Schilling (déclaré à 35%) ni une vitaminémie elle aussi déclarée "normale" (celle-ci était à 225 pg/ml), des douleurs qui l'avaient poussé à se rendre chez son notaire, qui avait récusé sa folle démarche sans m'en toucher mot, puis, comble d'imprudence, de mettre les pieds à la Clinique Léon Elmelik (Cf. sur le Web de quelles activités  celle-ci se chauffait, qui avaient fait que les archives de la mairie de l'Haÿ-les-Roses, qui depuis sa création abritait cette Clinique, étaient tellement brûlantes qu'elles prirent spontanément feu dans la nuit du 30 juin au premier juillet 1999). 

L'incendie de la mairie de l'Haÿ-les-Roses et de ses archives n'a évidemment pas été directement déclenché par le syndrome NDB12PP ... quiique que la l'interdiction de séjour de la Revue  Archives of Neurology et de moi-même à la Bibliothèque universitaire de l'hôpital Bicêtre en novembre 1997 et le rapprochement de l'AMIF avec l'Ordre des médecins en ait très clairement un. 

Pour en revenir 9 ans plus tôt à notre Sérieux délire de Capgras, après que les urgentistes de Bicêtre ont diagnostiqué chez mon père un syndrome neuro-anémique au soir du 31 juillet 1990, au vu d'un tableau de sclérose combinée (syndrome tétrapyramidal compris dans un syndrome cordonal postérieur),  mon hypothèse - officielement déclarée tellement folle qu'elle méritait l'application de l'article L 460 du Code de la Santé Publique, selon  le frère°°° Patrice Bodenan, un anesthésiste de l'Ordre des amis de la Clinique Léon Elmelik et du professeur Gérard Saïd - était que le malade souffrait d'une carence vitaminique B12 sévère, ce malgré un test de Schilling déclaré normal et une vitaminémie B12 elle aussi déclarée "normale" puisque supérieure à 200 pg/ml,.

Mon avis avait immédiatement fait l'objet de moqueries méprisantes et d'un rejet, puis d'une terrible censure  à mon encontre de la part des internistes qui l'avaient refusée (Cf. l'article L 460 du CSP réclamé contre moi par frère°°° Patrice Bod). Les neurologues de l'hôpital Bicêtre n'avaient pas su la formuler ni voulu l'accepter en août 1990 alors qu'elle se présentait devant eux autant qu'à moi comme une évidence. 

Ce faisant les neurologues de Bicêtre avaient fait fi de l'adage qui dit que  "la clinique prime le laboratoire", (en l'occurrence le test de Schilling, un test de laboratoire depuis 2003 abandonné à cause de ses défaillances, des défaillances connues puisqu'elles avaient été dénoncées dès 1956, ainsi que l'ont rappelé les Acta Anesthesiologica Scandinavica en 1991, alors présentes à la bibliothèque universitaire de l'hôpital Bicêtre. Cf. aussi 1978 Kolhouse & al. sur www. blog de leon - bibliographie, article déjà cité !)    

L'augmentation de cas diagnostiqués "Alzheimer"  pourrait donc ne pas être liée, comme on pourrait le penser, et comme d'ailleurs on le pense et le dit,  à l'augmentation de l'espérance de vie, mais  être en rapport avec le traitement du diabète de type II utilisant la metformine (Glucophage*, Stagid*) du fait de l'effet délétère de ce remède, par ailleurs très efficace, sur la résorption intestinale de la vitamine B12, une malabsorption responsable d'un état carentiel plus ou moins profond en vitamine B12, une vitamine aussi nécessaire au bon fonctionnement du système nerveux, donc au bon fonctionnement cérébral, que l'huile est indispensable au bon fonctionnement des moteurs thermiques.

Lorsque l'absorption intestinale de la vitamine B12 est entravée, l'organisme dispose d'une réserve, principalement hépatique, suffisante pour lui permettre de tenir pendant assez longtemps de l'apport cette vitamine sans qu'aucun trouble n'apparaisse.

C'est un peu similaire avec ce qui se passe dans le fonctionnement d'un moteur thermique des automobiles : tant qu'il y a assez d'huile dans le carter, le moteur peu tourner normalement, mais si l'appoint d'huille n'est jamais fait, le moteur de la voiture finira par mal tourner et hoqueter avant de rendre définitivement l'âme, et la voiture qu'il anime sera bonne pour la casse, ou pour un changement de moteur.

Cette opération, toujours possible, coûtera beaucoup plus cher au propriétaire de la voiture que la surveillance régulière du niveau d'huile pour faire l'appoint quand c'est nécessaire, mais la comparaison s'arrête là, parce qu'en ce qui concerne les êtres humains qui viennent à être carencés en vitamine B12 parce qu'il l'absorbe mal, ce qui arrive plus souvent chez les personnes âgés que chez les jeunes gens, la greffe d'une nouvelle tête n'est pas possible. 

La maladie de Biermer, appelée aussi anémie pernicieuse parce qu'elle ne se dévoile pas de façon très évidente avant que la carence vitaminique B12 qu'elle détermine ne soit assez profonde pour occasionner des désordres neurologiques et cardio-circulatoires patents, suffisammment patents pour occasionner la mort des malades, une qui peut survenir  inopinément avant que le diagnostic des troubles occasionnés  n'ait été rapportés à leur cause véritable.   

C'est une maladie qu'il était difficile de soigner avant que l'industrie pharmaceutique ne sache produire industriellement la vitamine B12, c'est-à-dire avant les années 1950.

Avant la redécouverte du syndrome NDB12PP la maladie de Biermer  était considérée comme la principale cause de carence vitaminique B12

L'hypothèse faite de l'existence d'un "syndrome de carence vitaminique B12 avec test de Schilling normal" a été faite en août 1990 lors de l'hospitalisation d'un malade à Bicêtre dans le Service de neurologie du professeur Gérard Saïd.

Le malade était âgé de 79 ans. Il ne souffrait aucunement de diabète, sa glycémie étant de 0,90 g/l, et il n'était par conséquent pas traité par la metformine.

Il avait cependant été hospitalisé d'urgence suite à un épisode confusionnel et délirant, dans lequel il pensait que l'on voulait attenter à sa vie, ce qui avait déclenché chez lui un état panique. Sa peur panique avait quelques raisons d'être puisque d'une part il ne reconnaissait plus son fils comme étant son véritable fils mais comme un imposteur qui cherchait à l'empêcher de se soigner du cancer des os dont il se croyait atteint, et deuxièmement parce que son état de santé était réellement extrêmement précaire. Tellement précaire que les neurologues qui l'avaient recueilli avaient porté le diagnostic d'"ATTEINTE DIFFUSE DU SYSTEME NERVEUX" et porté le pronostic d'une inéluctable plus grande aggravation. Ils avaient mis - à tort - son état en relation 1° avec une encéphalopathie vasculaire et 2° avec la maladie d'Alzheimer.

En attendant la suite, pour savoir comment ce malade a échappé au sombre pronostic de ses médecins, qui l'avaient un peu trop vite voué à une rapide plus grande aggravation (sic) le laissant sans véritable traitement, on se reportera aux derniers articles de ce blog ainsi qu'à ceux qui traitent de la découverte du "syndrome NDB12PP", aussi appelé "syndrome de carence vitaminique B12 avec test de Schilling normal" et dans les pays anglophones "vitamin B12 malabsorption syndrom".

 

Bibliographie 

1 - 1978 Kolhouse & al, New Engl. J. Med.  299, 15, 787 - 792. "Cobalamin analogues are present in human plasma and can mask cobalamin defiency because current radioisotope dilution assays are not specifique for true cobalamin".

2 - 1987 Berger JR & al. Ann Intern Med. 107 : 78  "Progressive multifocal leukoencephalopathy associated with human immunodefiency virus infection".

3 - 1987 Ogier H. & al. éd. Masson  "La cobalamine (vitamine B12), APECTS METABOLIQUES, GENETIQUES, NUTRITUIONNELS ET THERAPEUTIQUES"; 254-281.

4 -  1988  J. Lindebaum &  al. N. Engl. J. of Med.  "Neuropsychiatric disorders caused by cobalamin deficiency in the absence of anemia or macrocytosis"

5 - Arch Neurol 1991;48(3):312-314. "Abnormal vitamin B12 tabolism in human immunodeficiency virus infection : association with neurological dysfunction" (Accepted for publication September 5,1990).

6 - Arch Neurol 1992;49:501-506. "Plasma Vitamin B12 Level as a Potential Cofactor in Studies of Human Immunodeficiency Virus Type 1- Related Cognitive Changes".

7 - Arch Neurol 1993;50:807-811. Robertson et al. "Vitamin B12 Deficiency and Nervous System Disease in HIV Infection"

8 - JAMA 1993;269:1144-1153. "Preventive Health Care for Adults With HIV Infection"

9 - Arch Fam Med 1994;3:988-1002. "Human Immunodeficiency. Physician Guidelines, Advisory Group on HIV Second Edition"

10 - J. Nutr. 1997;127:345-351. "Low Serum Vitamin B-12 Concentrations Are Associated With Faster Human Immunodeficiency Virus Type 1 (HIV-1) Disease Progression".  

11 - AIDS Clin Care 1998;1-1 "Peripheral Neuropathy in HIV Disease".

12 - Neurology 1999;53:592-592. "Prevalence of peripheral neuropathy in injection drug users"

13 - Arch Neurol 1999;56:84-89. "Peripheral Nerve Function in HIV Infection: Clinical, Electrophysiologic, and Laboratory Findings"

14 - Pediatrics 2000;106:35e-35. "Distal Sensory Polyneuropathy in a Cohort of HIV-Infected Children Over Five Years of Age"

15 - Neurology 2002;58:730-735. "Abnormal cobalamin-dependent transmethylation in AIDS-associated myelopathy"

16 - Revue de Médecine Interne 2003;24 (4): 218-223. "Carence en vitamine B12 avec test de Schilling normal ou syndrome de non dissociation de la vitamine B12 de ses protéines porteuses chez le sujet âgé. Etude de 60 patients".

17* - Arch Neurol. 2003;60(10):1457-62.) "Neuropsychiatric disturbances in presumed late-onset cobalamin C disease". (E. Roze, D. Gervais, S.Demeret, H. Ogier de Baulny, J. Zittoun, J.-F. Benoist, G. Saïd, C. Pierrot-Deseilligny, F. Bolgert)

18 - L' Encéphale, décembre 2003 Vol 29 (6), p. 560 - 565. "Délire Capgras chez une patiente de 64 ans atteinte d'une maladie de Biermer". ( C. Durand; S. Mary; P. Brazo; S. Dollfus).

19 - Revue Neurogique 2006;162 (1):22-42. Atteintes du système nerveux central et infections par le virus VIH -1 (Antoine Moulignier, Service de Neurologie, Fondation Adolphe Rotschild, 75019, Paris)

20 - E. Andrès & al. La Presse Médical, janvier 2009, Volume 38, n°1, pages 55 - 62

 

SUBJECT TO  IMPROVEMENTS

 

 

Monsieur le Docteur Brassart                   le 29 III 94 

 

J'ai bien reçu la notitification de la décision du Conseil Régional dans l'affaire qui m'opposait à monsieur P.A. Chretien et à son fils le Dr. P. Cretien, jugement qui je veux le croire, sera sans appel.

_ Je tenais à vous exprimer ma gratitude.  Je vous redis d'abord combien j'ai apprécié la qualité de votre accueil lorsque vous m'avez reçu pour m'entendre rue de l'Université. Je voulais également vous dire combien votre rapport m'a paru excellent. Vous avez présenté les faits,  avec intelligence et clarté. Je n'ai pas douté de son efficacité  auprès des membres de la section disciplinaire chargée de trancher. 

Soyez donc remercié, cher Confrère. La décision qu'avec vos Confrères vous avez prise à mon bénéfice me soulage d'un grand poids; je ne vous cache pas que depuis le début de cette malheureuse affaire, mon souci, mon inquiétude, mes craintes étaient grandes.

En vous redisant mon admiration pour le rôle bien difficfile que vous avez accepté dejouer au Conseil Régional je vous renouvelle ma gratitude et vous adresse l'expression de mes sentiments Confraternels les plus cordiaux.

 

                                                    Dr. A. Denis 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens