Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 13:19

Il paraît à première vue surprenant voire tout à fait  invraisemblable que l'administration d'un seul petit pot d'aliments pour bébés de six mois puisse avoir sauver la vie de milliers de malades âgés.

C'est pourtant la réalité.

La démonstration fut faite en septembre 1990 à partir d'un cas princeps qui a semé la panique au sein de Services hospitaliers de l'Assistance Publique.

L'administration de l'AP - HP fit ensuite tout son possible pour étouffer la connaissance et la reconnaissance du fait.

Ne pesant plus que 47 kilos pour 1m76 lors de son admission dans ce qui s'appelle une Unité de Soins Normalisés, en l'occurrence celle de l'hôpital gériatrique Charles-Foix, un malade de 79 ans, hospitalisé depuis trois semaines, était devenu trop mal en point pour manier la fourchette et pouvoir manger.

L'infirmier qui venait lui apporter son plateau repas repassait une demi heure plus tard pour le lui reprendre sans qu'il y ait touché.

Le malade en était arrivé au point qu'il était en passe de mourir le 12 septembre 1990.

Le Chef du Service, un gériatre répondant au nom de Jean-Yves Beinis, ne s'en était pas du tout inquiété.

Il faut le comprendre parce que les neurologues qui lui avaient adressé le malade depuis le CHU de Bicêtre (depuis le Service de neurologie du professeur Gérard Saïd), au vu d'un scanner et d'autres examens para cliniques avaient posé le diagnostic d'une  "ATTEINTE DIFFUSE DU SYSTÈME NERVEUX". (pardon, avaient "étiqueté" le malade pour emprunter leur expression).

Cette  atteinte, ils la disaient être consécutive à une encéphalopathie vasculaire compliquant une probable maladie d'Alzheimer, et sans doute aussi une tumeur du tronc cérébral, qu'ils avaient baptisée "hydrome sous-tentoriel" .

Les neurologues de Bicêtre avaient en conséquence  prévenu le docteur Beinis, comme ils m'avaient aussi prévenu, que le malade était "de toute façon voué à une inéluctable plus grande aggravation" (sic)

Cet "étiquetage" et le pronostic qui allait avec ont  été reporté à l'identique dans une expertise judiciaire rédigée en février 1996 par le docteur François Chedru, neurologue Chef de Service au CHU de Meaux (voir à "omerta médicale et non-lieu abusif" sur le "blog de leon") 

Le professeur René-Claude Touzard avait été pressenti par madame Bénédicte Scelle, Juge d'Instruction au TGI de Créteil, pour instruire le procès que ledit malade avait intenté contre X après qu'il a pu récupérer ses esprits et une dizaine de kilos grâce à l'action conjuguée.

1° - d'un petit d'aliments pot pour bébés 

2° - de la cyanocobalamine à dose drastique.

 

La cyanocobalamine est la vitamine B12, une vitamine indispensable au bon fonctionnement du système nerveux  des malades lorsque ceux-ci sont atteints de la très fréquente maladie de Biermer, une maladie qui touche environ 5% des personnes âgées. De 3 à 7 % selon les auteurs ayant publié sur le sujet. La  revue l'Encéphale a  fait état de 7 % en 2003 dans un article consacré au délire de Capgras)

Ou du syndrome NDB12PP, une affection apparentée à la maladie de Biermer touchant deux fois plus de malades que la maladie de Biermer, un syndrome qui serait sans doute resté encore plus longtemps méconnu si l'administration d'un petit pot pour bébés ne l'avait pas fait découvrir en 1990.

Son existence a été reconnue après que la plainte du malade a semé la panique au sein de l'AP - HP, au point qu'il avait fallu prendre en considération les dires du rédacteur du présent article.

Il avait postulé son existence lorsqu'il avait signalé aux neurologues de l'hôpital Bicêtre qu'il devait exister des formes de maladies de Biermer avec test de Schilling normal et vitaminémie B12 normal.

Ceux-ci l'avaient très mal pris et avaient conseillé au docteur Cretien, psychiatre, d'aller se faire soigner en psychiatrie  pour avoir osé proférer pareilles inepties devant de si savants neurologues.   

Pour plus de précisions sur ce cas désespéré exemplaire on est prié de se reporter au site 108281777 html sur le blog de leon, article daté du 18 juillet 2012 (une lettre postée depuis la poste de l'Haÿ-les-Roses, une lettre à laquelles les destinataires n'ont jamais daigné répondre bien que pour ertains d'entre eux soient en charge de l'éthique médicale et d'autres de la destinée économique du pays), et, sur le même site, à l'article "A ne pas ébruiter ", daté du 18 mars 2016 (et/ou à celui plus ancien traitant sur ce blog du "droit des patients hospitalisés", une lettre destinée à la direction de l'AP - HP datant du 27 juillet 2009), en attendant la suite.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens