Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 17:21

A l'instar de François Hollande détesté depuis quelques jours par la magistrature, c'est-à-dire depuis qu'il a, en tant que premier magistrat de France, parlé d'elle en Vérité, je  suis moi, depuis bien plus longtemps, depuis 1990, médecin le plus détesté et du CNOM (du Conseil National de l'Ordre des Médecins) et de l'AP - HP, en passant par le professeur Gérard Saïd, l'ex Chef du Service de neurologie du CHU de Bicêtre, par qui tout n'a pas commencé, puisqu'il faut remonter aux médecins propriétaires de l'ex Clinique Léon Elmelik, que le professeur Gérard Saïd avait voulu préserver parce que ceux-ci lui étaient précieux, qui acceptaient de se charger des malades dont son Service, mais pas seulement son Service, préférait être débarrassés avant qu'ils ne viennent à décéder.

Détesté non pas du monde entier, mais du petit monde des vertueux médecins magouilleurs.  

Le professeur Gérard Saïd était à l'époque membre de l' IFREMj, l’Institut de Recherche en Ethique Médicale juive, émanation de la Revue Médica Judaïca, une Revue dirigée par son ami le philosophe Emmanuel Hirsch, et par conséquent aussi membre de l'AMJF (l’Association des Médecins Israélites de France).

Comment en suis-je arrivé a être l'objet de tant de haines, alors qu’à l’école primaire, - j’étais en CM1, l’élève de madame Plantier - l’institutrice avait invité les élèves de ma classe à prendre exemple sur ma bonne éducation, et alors que ma mère soucieuse de mon avenir (une mère juive) m’avait toujours recommandé de toujours faire bien attention à ne pas me faire « mal voir » ?

Pour la parfaire - non pas mon éducation, mais la haine que m'avait attiré ma bonne éducation suédoise, , la courageuse docteure Laurence Kouyoumdjian, par son signalement avait en 1997 fait mettre fin aux nombreux assassinats de malades que perpétrait au CHU de Mantes la Jolie l'infirmière Christine Malèvre sous l'égide de son collègue le docteur Olivier Ille. 

Un signalement qui fut non pas salué et récompensé, ce qu'il été normal qu'il le soit, mais d'autant plus mal vécu par l'AP - HP qu'il risquait d'attirer l'attention des médias sur le rôle qu'avait joué Olivier Ille, l'ex Interne du Service du professeur Gérard Saïd, dans l'interdiction faite le août 1990 au docteur Jean-Yves Beinis d'administrer au malade qu'il venait de lui adresser le traitement qui pouvait l'empêcher de mourir.

Le professeur Gérard Saïd, de peur que ce soit découvert, trouva qu'il était urgent et subtile, de s'allier avec l'ennemi héréditaire de l’AMIF, à savoir le CNOM, en mettant le docteur Bruno Halioua à contribution, en tant qu'il était comme lui membre de l’AMJF (je ne pense pas que le docteur ait fait partie de l'IFREMj, il faudrait peut-être le lui demander ?)

Le docteur Olivier Ille n'est certes lui pas membre de l'IFREMj, mais de la non moins vertueuse  Communauté de l'Emmanuel. Sous son égide mon père avait failli perdre la vie à la suite des traitements non seulement erronés qu'il avait dicté au docteur Beinis, mais délibérément mortellement erronés ! 

Pour sceller cette nouvelle alliance, le professeur Saïd avait fait intervenir le bon mais trop naïf docteur Bruno Halioua (lire la page 12 de "Blouses blanches, étoiles jaunes" ainsi que la préface et la postface de ce livre paru en décembre 1999 chez Liana Lévy, à une époque où il importait à l'AP- -HP de se rassurer au sujet du procès pénal qui se profilait suite au "fâcheux" (parce qu'intempestif du point de vue de l'AP - HP) signalement du docteure Laurence Kouyoumdjian.    

C’est qu'il m'avait, en septembre 1990, fallu sortir mon père d’un coma, qui avait bien failli être terminal, si les infirmières du Service du docteur Jean-Yves Beinis, Chef de l'Unité dite de Soins Normalisés de l'hôpital Charles-Foix, où le docteur Olivier Ille l’avait fait transférer avant de mourir, ne m’avaient pas prévenu à temps qu’un faux traitement de sa maladie avait été ordonné par leur Chef de Service, qui lui-même ne faisait qu’obéir aux ordres du docteur Olivier Ille, qui lui même ne faisait qu’obéir aux ordres de sa hiérarchie .  La fusée était à plusieurs étages qui devait, ni vu ni connu, aboutir à lancer mon père au ciel y trouver Le Père et Ternel, un lancement qui avait failli réussir mais qui avait, di fait de mon intervention, foiré. L’AP – HP.

L’AP - HP dut après cet échec réviser sa stratégie en opérant à partir d’une fusée à deux étages pilotée  par Olivier Ille et Christine Malèvre et avoir pris soin de sécuriser le pas de tir en mettant sur pied , sur les conseils du professeur Saïd et d’Antoine Cordier  en 1995 au CHU de Bicêtre puis à l’hôpital Saint-Louis un « Espace  Ethique de l’AP – HP » dont la Chaire a été, comme il fallait s'y attendre, confiée au philosophe Emmanuel Hirsch. A propos d’Emmanuel, Olivier Ille a depuis trouvé le moyen de se couvrir de probité en devenant un membre actif  de la Commaunauté de l’Emmanuel, au sein de laquelle il peut faire des conférences à  « Amour & Vérité » et  parler du  « Prends  soins de lui ». En 2004 le professeur Saïd m'a fait accuser par la direction de l'hôpital Bicêtred d'avoir moi-même "fabriqué" (sic) la maladie de mon père par antisémitisme (sic) après que l'Ordre a voulu me faire appliquer, via la demande des docteurs Jean Pouillard et Patrice Bodenan (Bod°°° pour les intimes) l'article L 460 du CSP !

En octobre 1997, grâce au courageux signalement du docteure Laurence Kouyoumdjian,  es assassinats de malades perpétrés  par Christine Malèvre sous l'égide de son collègue le docteur Olivier Ille, ont été découverts, trouvé le moyen, via le docteur Bruno Halioua, en tant que membre de l’AMJF  de s'allier avec l'ennemi héréditaire de l’AMIF , à savoir le CNOM .

C’est bien parce que que le docteur Olivier Ille était l’ex Interne du Service du professeur Saïd, le Service où sous son égide mon père avait failli perdre la vie à la suite de traitements mortellement erronés, mais délibérément erronés ! que pour opérer cette nouvelle alliance, le professeur Saïd avait fait intervenir le serviable mais très naïf docteur Bruno Halioua.

(pour plus de détails voir article n° 108281777 html, rédigé et adressé le 18 juillet à l’intention du Président François Hollande et du Comité National d’Ethique et autres articles plus récents du site http://génocides.over-blog.com. relatifs à l'impardonnable mise en évidence, que j'avais faite, en 1990, de l'existence d'un syndrome démentiel réversible sous thérapie B1, un syndrome en France depuis 2003 appelé syndrome NDB12PP, et food vitamin B12 malabsorption dans les pays anglo-saxons.)  

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens