Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 00:08

J'ai pris connaissance de vos dires avec "Un Monde En Doc"  (sur LCP, )  

Si ce n'est pas du toc ou de l'intox, EDF aurait  été à même de procéder au sabotage de l'industrie des cellules photovoltaïques et des dispositifs mis en place pour capter l'énergie solaire dans l'intention de sauvegarder le fonctionnement les centrales nucléaires.

 Or vous-même n'avez jamais cherché à en savoir plus sur le STSMC et le STSMI  quand j'ai essayé de vous en faire part.  Ces deux procédés techniques sont pourtant bien plus écologiques et économiques que les éoliennes et le photovoltaïque, alors que l'un et l'autre permettraient, si on les développaient, de procurer très rapidement à la France comme à tous les pays disposant d'une façade maritime bénéficiant de marnages suffisants (5 mètres suffisent) de récupérer non pas des MW ou des GW, mais des térawatts, compte-tenu qu'entre Dinard et Saint-Malo il est possible de récupérer 250 MW, soit le quart de la puissance d'un réacteur nucléaire, sur une retenue d'eau de 300 m. Les procédés en questions ne nécessitent pas la construction de barrages, pas de sites particuliers sur les côtes, pourvu que les marnages soient > ou = à 5 m, ne défigurent nullement l'horizon des mers comme le font les éoliennes, sont insensibles à la corrosion et sont à l'abri des tempêtes- de par leur conception - . J'en avais fait part au gouvernement Ayrault en septembre 2012, qui par deux fois m'a fait savoir qu'il avait communiqué l'information aux ministères en charge de l'écologie et de l'énergie. Ceux-ci n'ont jamais daigné répondre ni donc cherché en savoir plus. Ni Delphine Batho ni Philippe Martin, pourtant relancé par ... Jean-François Copé (dans Copé il y a COP ! ?).

Pas même Arnaud Montebourg. Tous présument sans doute que c'est impossible parce que si ça l'était, il y aurait longuement que ces techniques auraient été trouvées et été mises à contribution. Les seules personnalités qui se sont un tout petit peu inquiétées les voir aboutir sont, à part Jean-Marc Ayrault, Jean-François Copé et le professeur André Carpentier, ... et feu l'ex maire de Dinard, Marius Mallet.

Le ministre des armées, Jean-Yves Le Drian, ou le maire de Brest  pourraient-ils, en tant que maire de grandes villes côtières, s'y intéresser plus qu'Alain Juppé, qui est, comme Ségolène R. bien trop imbu de sa grandeur ‘d’Enard-chic’ pour daigner réfléchir à la proposition d'un manant.

La même attitude avait prévalu à mon encontre quand , en 1990, j'avais formulé devant de doctes neurologues l'hypothèse qu'il devait exister des syndromes démentiels à tort attribués à la maladie d'Alzheimer alors qu'ils relevent du traitement de la maladie de Biermer , ce malgré la négativité des tests. J'en avais fait la remarque à propos d’un malade, et cela en vertu du principe, basique en médecine, quoiqu’actuellement méprisé, que «la clinique prime le laboratoire».

De l'avoir mis en évidence avant tout le monde en septembre 1990, au nez et à la barbe desdits doctes neurologues, avait certes permis de sauver la vie et de préserver les facultés cérébrales d'un malade promis à déchéance et une mort rapide, mais m'a aussi valu les pires ennuis,;c'est-à-dire ruineux sur le plan moral et financier : persécutions conjointes quoique contre-natures du conseil de l'Ordre des médecins et desdits neurologues, Ceux-ci avaient recherché cette alliance.

Ils s'y étaient résolus  parce que non seulement il avaient récusé ma solution inédite, mais l’avaient sabotée. Ils avaient donné l'ordre aux infirmières de ne faire que semblant devant moi de la suivre, c'est-à-dire de faire semblant d'administrer audit malade le traitement de la maladie de Biermer, une maladie qui se traite très efficacement pour le prix de deux paquets de cigarettes. Mais les infirmières avaient compris que j’avais raison et m’avaient finalement prévenu de la supercherie. C’est ainsi que j'avais in extremis pu sauver le malade. Il avait sombré dans le coma et était tout près de mourir. Il en récupéra ses facultés cérébrales, ce qui ne fut pas du tout du goût desdits neurologues . Les cas de ce genre sont maintenant reconnus être légions, deux à trois fois plus fréquents que la maladie de Biermer, une maladie qui déjà concerne 5 à 7 % des personnes passé la soixantaine, et qui est mortelle sans son traitement spécifique. Ces états portent depuis 2003 en France le nom de syndrome NDB12PP (Cf. La Presse Médicale 2003  Emmanuel Andrès et al. «Une nouvelle cause de carence en vitamine B12 chez l’adulte : le syndrome de Non-Dissociation de la vitamine B12 de ses Protéines Porteuses.» Service de médecine interne, diabète et maladies métaboliques.  Hôpitaux Universitaires de Strasbourg)

L'Ordre des médicastres et les neurologues défaillants avaient entre-temps cherché à me faire appliquer l'article L 460 du CSP et menacé mes avocats de destitution.

Jean-François Copé, le professeur Bernard Debré, d’autres médecins-parlementaires sont au courant, et aussi ce qui en France s'appelle très improprement "la Justice" (François Hollande en sait quelque chose, qui est bien au courant de ce qui s'est passé. Il sait de quoi il parle quand il dit ce qu'un président ne devrait pas dire). Les membres de cette éminente institution semblent sous "l'effet du spectateur"  l'effet de directives données "en haut-lieu" 

 L'effet du spectateur" , vous connaissez ?

    

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens