Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 00:52

Des barrages font-ils encore obstacle à la solution de problème du réchauffement climatique ?

Quoi qu'il en soit, Ségolène Royal  promeut son propre "Laboratoire d'idées, participatif et citoyen" (sic).

N'en déplaise à l'ex ministre de l'Energie, de Ecologie et du Développement durable et à son "Manifeste pour une justice climatique", les découvertes et les inventions de Nikola Tesla, à en croire  Didier van Cauwelaert et certains  physiciens de renom, auraient dû faire que le problème de la transition énergétique n'aurait jamais dû se poser.

A l'instar de Nicolas Hulot, notre héroïne internationale fait manifestement mine d'ignorer les époustouflantes applications que Nikola Tesla a tiré de l'énergie du vide quantique. 

Il est certes difficile de se procurer son livre "Mes inventions", paru en 1919, mais à défaut on peut en prendre connaissance à travers le dernier livre de Van Cauwelaert, "Au-delà de l'impossible", paru cette année même chez Plon.  

Sans vous faire vraiment mal à la tête son  livre  vous fera tomber comme à moi de très haut sur votre QI.

A moi particulièrement parce que les inventions énergétiques de Nikola Tesla rendent les miennes en comparaison dérisoires, et donc superfétatoires.

Bien plus que les miennes, pompeusement appelées Système Transfert Séquentiel à Mémoire de Charge, dont j'avais tenue à en informer son ministère, celles de Tesla auraient permis de ne pas en arriver là où on en est aujourd'hui avec le réchauffement de la Planète et les déchets radioactifs cancérigènes des centrales nucléaires. 

Des déchets qui non seulement l'empoisonnent, mais qui risquent d'en radier (d' y radier) les vivants. 

Notre héroïne fait-elle semblant d'oublier qu'avant de partir  François Mitterrand avait professé qu'il croyait "aux forces d l'Esprit"  ? 

Fait-elle semblant d'ignorer que Martine Le Coz  les avaient rappelées en 2009 dans un "roman" intitulé "L'homme électrique", et dans "La tour de Wardencliffe" (paru en 2011 aux éditions Michalon), et plus explicitement tout dernièrement Didier van Cauwelaert.

Elle écrit : << L'année 2016 marque l'histoire de l'humanité avec l'entrée en vigueur de l'accord de Paris sur la lutte contre le dérèglement climatique. Il doit beaucoup aux scientifiques et aux chercheurs du monde entier qui ont prouvé la fragilité de notre planète et les destructions intolérables qu'elle subit. Il doit beaucoup aussi à toutes celles et ceux qui se sont mis en mouvement, citoyens, territoires, villes, entreprises, ONG et gouvernants et qui ont fait de cette année 2016 celle d'un aboutissement de plus de vingt ans de discussions et celle d'un nouveau départ. 

Pendant trois ans, j'ai vu ce monde nouveau qui s'écrit sous nos yeux et j'ai aidé de toutes mes forces à le faire émerger : des initiatives majeures, des pays qui luttent et inventent, des hommes et des femmes qui s'engagent. Partout, les citoyens transforment leurs vies, les gouvernements décident de modèles de développement sobres et durables. De nouvelles sources d'énergies sont domestiquées ; des peuples entiers se mobilisent ; la faune et la flore sont surveillées, protégées ; l'espace maritime enfin pris en considération. 

Contre le pessimisme, le cynisme, le relativisme, je voudrais dire que ce mouvement est réel, que sa force surprend chaque fois qu'on la rencontre dans n'importe lequel des continents. " On n'arrête pas une idée dont l'heure est venue " écrivait Victor Hugo. Aujourd'hui, cette idée poursuit sa course, et dans son sillage, une nouvelle réalité prend forme. 

Le scepticisme nous oblige à être plus clair et plus exigeant. Mais le combat pour le climat et ce qu'il porte en lui de mutations positives est le combat du siècle. 

C'est celui de la paix, de la prospérité et de la justice climatique. C'est surtout l'invention du présent qui s'écrit >>  

Ce texte "lu 857 fois  par les internautes au 4/06/2017", dont évidemment moi-même, en gogo que j'étais de m'être fendu de 10 euros d'avoir en 2009 adhéré à "Désirs d'Avenir", bien que sans le sou, surendetté because une bonne cause, en l'occurrence faire connaître une découverte faite en "sérendipité" en août 1990, celle du syndrome clinique qui depuis 2003 s'appelle le "syndrome NDB12PP" (voir sur ce blog au site n° 108281777 html qu'il s'agit en fait d'un syndrome clinique qui avait auparavant reçu le nom que je lui avais donné de "syndrome de carence vitamminique B12 avec test de Schilling normal ... ET vitaminémie B12 normale" après avoir pris la peine - et c'est le cas de le dire - de le mettre en évidence à l'hôpital Charles-Foix, en dépit de l'obstruction forcenée et systématique des médecins qui m'avaient obligé, et non pas permis, de le mettre en évidence. Une misse en évidence qui les avaient privé d'en faire eux-mêmes la preuve. Ce dont ils s'étaient vengé en me faisant subir - toute proportion gardée - ce que l'horrible Edgar Hoover et Thomas Edison avaient fait subir à Nikola Tesla - quand ils m'ont fait accuser en 2004 par la direction de leur hôpital (le CHU de Bicêtre) "d'avoir moi-même, fabriqué" ledit syndrome en 1990 "par antisémitisme" (sic !). 

Pour en revenir "la lutte contre le dérèglement climatique", les énergies actuellement les plus utilisées, c'est-à-dire celles issues de la fission nucléaire comme celles tirées des gisements de carbones sont depuis longtemps, c'est-à-dire depuis près d'un siècle, obsolètes dans la mesure où l'énergie que l'on peut - ou pourrait obtenir de ce que l'on croit être le "vide" est bien plus avantageuse puisque partout disponible, puissante, écologique, et donc bien plus "économique" (au sens propre du terme, et non pas au sens boursier.)

Nikola Tesla  avait - ou aurait, cf.infra - en 1931, réussi à le démontrer : il avait - ou aurait -  réussi à faire rouler une luxueuse berline, une Pierce Arrow, à "l'énergie noire", en réalité une énergie verte tirée non pas du charbon ou de l'or noir, mais du vide quantique, c'est-à-dire de l'immensité de l'Espace.

Son invention a - ou aurait - été sciemment sabotée par ses partenaires pour des raison commerciales - et militaires (?)

Thomas Edison, George Westinghouse et les autorités américaines, dont le patron du FBI, le sinistre Edgar Hoover, lui ont très méchamment barré la route, selon les biographies savantes que lui a, en France,  consacré Matine Le Coz, "L'homme électrique" 2009 ,  publié éditions Michalon,  Margaret Cheney en 1981 "Man Out the Time",  éd. Touchstone, édité en France en 2010 aux  éditions Un infini cercle bleu, et plus récemment Didier van Cauwelaert, en février 2017, chez Plon, ce dernier avec l'aval de scientifiques de renom, dont Thibault Damour, Trinh Xuan Thuan et Jean-Pierre Luminet.

L'ingénieur néerlandais Hendrick Casimir avait, en 1948,  prédit et calculé que le vide, c'est-à-dire l'immensité de l'espace, est plein d'une énergie inhérente aux fluctuations quantiques de ses champs électromagnétiques, conformément aux prévisions des physiciens qui ont réussi à matérialisé les relations d'incertitudes énoncées par le physicien allemand Werner von Heisenberg en 1927, à l'époque du Colloque de Solway. un colloque auquel Albert Einstein avait participé alors que ses collègues le faisait déjà passer pour un has been, c'est-à-dire pour un vieux barbon.  

Cette énergie a été objectivée par la force d'attraction qu'elle exerce sur deux surfaces parallèles placées en vis à vis. Elle exerce une pression unitaire de l'ordre de 1/2 mg/m²  (?).

Est-ce la même que l'énergie noire, celle  que Nikola Tesla savait beaucoup plus puissamment puiser dans l'espace ?

L'Energie dont s'était servi  Nikola Tesla pour faire rouler sa  Pierce Arrow paraît avoir été autrement plus puissante que celle calculée par Casimir et mise en évidence dix ans plus tard en 1958 par un autre physicien, néerlandais lui aussi, Marcus Spaarnay.  

Cette énergie, aussi appelée énergie de point zéro, et si c'est la même, est l'énergie noire, représenterait les 3/4 de la totalité de l'énergie de l'univers ?

Quasi miraculeuse, quasi gratuite gratuite et quasi inépuisable cette  énergie ne pourrait-elle pas servir à faire rouler  une Renault Espace, ne serait-ce que pour justifier son nom ?

On se demande pourquoi un autre Nicolas, aussi connu quoique bien moins excentré que le Hulot de Jacques Tati, qui se veut terre-à-terre et très préoccupé par le changement climatique, n'en parle pas, du moins à ma connaissance,  au "grand publique", alors qu'il se propage envers lui  de vertueux bavardages ? 

En effet, l'ingénieur Serbe naturalisé américain  Nikola Tesla (1856 - 1946) aurait, 4 ans après Solway, réussi par une de ses plus géniales inventions à capter une quantité suffisante de cette énergie pour faire rouler une Pierce Arrow, une des plus luxueuses berlines de cette époque, durant des semaines à la vitesse de 130 kms/h sans avoir à se ravitailler.

A suivre dans le livre que Dider van Cauwelaert a consacré aux inventions de Nikola Tesla.

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens