Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 17:51

... ou réalités spectrales  ?

Ce texte "répond" mal ou maladroitement aux interrogations que (se) pose Didier van Cauwelaert dans son livre "Au-delà du possible", paru dernièrement chez Plon.

Je (me) pose aussi la question parce que, comme à tout-un-chacun, il m'est arrivé de vivre réellement certains rêves "impossibles".  De m'être rappelé que je les avais préalablement rêvés, puis de les vivre réellement.

Comme tout-un-chacun je ne me souviens pas de tous mes rêves, ou beaucoup moins, ou pas du tout, des rêves qui ont alors disparu du champ de ma conscience. Ils  forment ou révèlent (?) alors l'inconscient

Quand les rêves oubliés se retrouvent dans la réalité un sentiment étrange se produit, un sentiment dont   presque tout le monde a fait l'expérience, de "déjà vu" ou de "déjà vécu". C'est  un sentiment souvent fugace, mais qui peut être aussi très longuement "présent" et prégnant.  

Il en est des rêves oniriques comme des rêves diurnes, ces derniers correspondant à des intuitions comme à des espérances, et non pas à des désirs "sexuels" prétendument "inconscients", comme l'a prétendu Freud (dans la mesure ou pour Freud et ses zélotes tout objet a une valeur sexuelle, même une chaise, une casserole ou un balai, si dans vos rêves ces objets apparaissent, les psys freudiens vous persuaderons d'autant plus facilement que vos rêves  répondent à des désirs sexuels refoulés. Ils en sont eux-mêmes d'autant plus persuadés qu'ils auront perdu des années et dépensé une fortune pour  "accéder" à ce savoir ubuesque - ubuesque parce qu'il leur permet d'accéder au croc à phynance (Cf. A1fred Jarry, "Ubu Roi", Jules Romain, "Docteur Knock" et René Pommier "Freud était fou" -mais pas tant que "ça", qui avait su en faire du beurre - or on sait depuis Bertolucci "Un dernier tango à Paris" l'usage k'on en fait) 

Or depuis que Sigmund Freud a découvert (sic) l'inconscient, l'inconscient a bon dos : "On" peut tout lui faire dire, et "On" ne s'en est pas privé.

Non pas que l'inconscient n'existe pas.

"On" (je) a la preuve certaine (objective et expérimentale) que l'inconscient existe, n'en déplaise aux rédacteurs de la revue "Science et pseudo sciences" (Cf. "Les dessous du divan", numéro "hors série" de décembre 2010, l'article consacré à Henri Ellenberger) .

J'ai déjà rapporté dans un article de ce site comment un souvenir peut y rester prisonnier et être cause de cauchemars récurrents. Ces cauchemars disparaissent comme par enchantement à partir du moment où ils sont raccordés à leur cause effective, notamment une terreur qui a été trop intense, causée par un événement réel survenu antérieurement, que ce soit dans la petite enfance, dans l'enfance ou à l'adolescence, et même beaucoup plus tard. 

- Qui  est ce "On"  ?

-  Le "psychanalyste" lambda, orthodoxes, c'est-à-dire freudo-toxique, telle p. ex. Framboise Volvo, Claude Madoni, et Roger Perroné, pour ne citer que ces triangulés du chapeau (oedipiens ou maçonniques ?)  qui rendaient  par leurs délires induits par le système freudien  les mères "responsables" de l'autisme ou de la névrose de leur(s) enfant(s).  

Etant donné que certains de mes rêves - mais heureusement pas tous - se sont "réalisés", c'est-à-dire concrétisés, pour certains d'entre eux très rapidement, dans les jours qui ont suivi, comme je l'ai fait savoir au sujet d'un rêve de vol de Paris à New-York sur un Boeing 747 de la PANAM que j'avais fait en octobre 1981, un rêve qui avait été revécu, au détail près, comme dans la réalité dans les jours suivants. Ce rêve était survenu  dans la nuit du samedi au dimanche, et vécu réellement trois jours plus tard inopinément.

D'autres rêves fait dans l'enfance se sont réalisés  plusieurs dizaines années après.

Il m'est aussi arrivé de rêver que je rêvais de m'être réveillé tout en continuant de dormir - ce qui fait que je me demande parfois si la vie elle-même n'est pas un rêve, ou un cauchemar, c'est selon.

Dans mon ignorance crasse j'avais commencé par être "freudien", au point de me moquer des "psys" qui ne l'étaient pas.

En examinant de plus près les "oeuvres" de ce tristement célèbre personnage, j'ai fini par comprendre qu'il avait jouer un rôle catastrophique, et pas seulement  pour les malades dits "psychiatriques".

Je rejoignais dans le savoir les appréciations négatives du professeur Henri Baruk à son sujet.

Comme j'ai pris conscience de mon existence sur terre à peu près au moment où Freud décédais, et comme certains confrères ont été étonnés que je ne porte plus ledit personnage en haute estime en même temps qu'ils me faisaient remarquer que je lui  ressemblais maintenant beaucoup (?), et puisque j'ai avec l'âge fini par prendre conscience des  horreurs où ses théorisations mensongères avaient menées  - dont la "résistible ascension d'Arturo Ui", cf.  "Freud-Hitler, relations paradoxales - Le blog de leon" - je me demande un peu si je ne serais pas son négatif, son spectre incarné chargé d’expier ses fautes crimes  c'est-à-dire mes fautes passées, du fait que je m'en étais fait un temps le thuriféraire ?

A propos d'Aturo Ui  Wikipédia écrit "Dans les personnages, on reconnaît sans difficulté leurs modèles (Dollfuss, Goebbels, Göring, von Hindenburg, Hitler, van der Lubbe, von Papen, Röhm). De même, Chicago représente l'Allemagne et la ville Cicero symbolise l'Autriche".

Freud 

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens