Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 17:07

L' AFP, qui révèle aujourd'hui 18 juillet 2017  qu'entre 1945 et le début des années 90 les "Moineaux de la cathédrale de Ratisbonne"" ont été victimes de maltraitances, dont des viols, n'en est pas encore à révéler le rôle joué par le docteur Sigmund Freud dans ses mystifications visant à nier  ces réalités, qui, pour sulfureuses qu'elles soient,  sont loin de ne concerner que les églises catholiques.

Tout le monde devrait en France lire ce qu'un ancien psychanalyste américain défroqué, Jeffrey M, Masson, a pu découvrir après qu'il a été autorisé à consulter les "Archives Freud" déposées à la Librairy of Congress à Washington. Mais ce livre a été mis à l'index par les psychanalystes et plus généralement par les français, qui préfèrent les mensonges lénifiants aux vérités dérangeantes.

 << L'affaire a éclaté en 2010 et les premiers éléments d'un nouveau rapport d'enquête ont été dévoilés ce mardi. Quelque 500 enfants du choeur des «Regensburger Domspatzen» (les «Moineaux de la cathédrale de Ratisbonne») ont été victimes de maltraitances physiques et 67 d'entre eux ont fait l'objet d'agressions sexuelles, dont des viols.

Ces nouveaux chiffres ont été révélés par l'avocat Ulrich Weber, chargé par l'Église de faire la lumière sur cette affaire. Ils sont largement supérieurs à ceux publiés en janvier 2016, lorsqu'un rapport intermédiaire avait évoqué 231 victimes. En février 2015, les autorités catholiques locales n'avaient reconnu que 72 victimes.
Les faits couvrent des délits et crimes allant de la privation de nourriture au viol en passant par des coups ou des agressions sexuelles. La plupart des cas sont toutefois prescrits et les 49 auteurs présumés des violences identifiés dans le rapport ne devraient donc pas être poursuivis. Chacune des victimes devrait recevoir en revanche jusqu'à 20.000 euros d'indemnisation.
Une époque où le frère de l'ancien pape dirigeait le choeur
Les victimes ont décrit leur passage dans ce choeur millénaire et mondialement connu comme «une prison, un enfer et un camp de concentration», «le pire moment de leur vie, marqué par la peur, la violence et la détresse», a déclaré Ulrich Weber. L'affaire porte notamment sur des maltraitances qui se seraient produites alors que le frère de l'ancien pape Benoit XVI, Mgr Georg Ratzinger, dirigeait ce choeur de petits chanteurs, entre 1964 et 1994.
Mgr Georg Ratzinger, aujourd'hui âgé de 93 ans, a assuré n'avoir pas eu connaissance d'abus sexuels au sein de cette chorale fondée au Moyen-Âge, en 975. Selon Ulrich Weber, au contraire, le frère de l'ancien pape savait et aurait «détourné les yeux» : l'avocat affirme que la «culture du silence» régnait au sein du choeur où la protection de l'institution semble avoir primé.
En 2010, un ancien membre de la chorale, le chef d'orchestre et compositeur allemand Franz Wittenbrink, avait témoigné au magazine allemand Der Spiegel de la violence dont était capable Georg Ratzinger, évoquant plus largement un «système de punitions sadiques relié au plaisir sexuel».
Ce scandale est l'un des nombreux qui a ébranlé ces dernières années l'église catholique. Benoît XVI ainsi que son successeur François ont demandé pardon pour les affaires de pédophilie ayant secoué le clergé. En Allemagne, une école des Jésuites de Berlin a également été au coeur d'un scandale de pédophilie après avoir reconnu des abus sexuels systématiques commis sur des élèves par deux prêtres dans les années 70 et 80.
>>

A défaut de pouvoir accéder à son rapport on pourra lire ce qu'un ancien directeur de l'AFPJacques Thomet a écrit sur le sujet dans   "Retour à Outreau. Contre-enquête sur une manipulation pédocriminelle"

Il écrit  : << Outreau ! On pourrait croire que tout a été dit, que tout a été écrit sur Outreau. L’affaire a été jugée, rejugée, et la Justice elle-même a fait l’objet de jugements aussi bien médiatiques qu’institutionnels. C'est entendu : Outreau est le Tchernobyl judiciaire qui par la faute d’un juge coupable a envoyé en prison des innocents. Outreau est ce cri qui accuse les enfants qui fabulent. Outreau est le « Plus jamais ça ! » de la Justice française.
Et pourtant, dans les archives des tribunaux dorment des milliers de pages qui racontent une autre affaire. Une affaire d’enfants malmenés par la Justice, d’experts ridiculisés et méprisés, d’avocats au service unique de leur propre gloire, d’acquittés devenus héros que des témoins et des victimes continuent d’accuser. Une affaire scabreuse et hélas ! banale de pédophiles, et peut-être de meurtriers, dont la médiatisation et le retournement a servi à étouffer depuis lors la parole des enfants et à dénigrer, voire à accuser, ceux qui tentent de les protéger.
C’est à cette contre-enquête minutieuse, véritable bombe dans le ciel aujourd’hui trop serein des pédocriminels et de leurs soutiens, que s’est livré l’auteur pendant deux ans et qu’il nous rapporte ici, suivie de l’analyse des conséquences d’un fiasco qui n’est pas là où on l’a dit. >>

 << L'affaire a éclaté en 2010 et les premiers éléments d'un nouveau rapport d'enquête ont été dévoilés ce mardi. Quelque 500 enfants du choeur des «Regensburger Domspatzen» (les «Moineaux de la cathédrale de Ratisbonne») ont été victimes de maltraitances physiques et 67 d'entre eux ont fait l'objet d'agressions sexuelles, dont des viols.

Ces nouveaux chiffres ont été révélés par l'avocat Ulrich Weber, chargé par l'Église de faire la lumière sur cette affaire. Ils sont largement supérieurs à ceux publiés en janvier 2016, lorsqu'un rapport intermédiaire avait évoqué 231 victimes. En février 2015, les autorités catholiques locales n'avaient reconnu que 72 victimes.
Les faits couvrent des délits et crimes allant de la privation de nourriture au viol en passant par des coups ou des agressions sexuelles. La plupart des cas sont toutefois prescrits et les 49 auteurs présumés des violences identifiés dans le rapport ne devraient donc pas être poursuivis. Chacune des victimes devrait recevoir en revanche jusqu'à 20.000 euros d'indemnisation.
Une époque où le frère de l'ancien pape dirigeait le choeur
Les victimes ont décrit leur passage dans ce choeur millénaire et mondialement connu comme «une prison, un enfer et un camp de concentration», «le pire moment de leur vie, marqué par la peur, la violence et la détresse», a déclaré Ulrich Weber. L'affaire porte notamment sur des maltraitances qui se seraient produites alors que le frère de l'ancien pape Benoit XVI, Mgr Georg Ratzinger, dirigeait ce choeur de petits chanteurs, entre 1964 et 1994.
Mgr Georg Ratzinger, aujourd'hui âgé de 93 ans, a assuré n'avoir pas eu connaissance d'abus sexuels au sein de cette chorale fondée au Moyen-Âge, en 975. Selon Ulrich Weber, au contraire, le frère de l'ancien pape savait et aurait «détourné les yeux» : l'avocat affirme que la «culture du silence» régnait au sein du choeur où la protection de l'institution semble avoir primé.
En 2010, un ancien membre de la chorale, le chef d'orchestre et compositeur allemand Franz Wittenbrink, avait témoigné au magazine allemand Der Spiegel de la violence dont était capable Georg Ratzinger, évoquant plus largement un «système de punitions sadiques relié au plaisir sexuel».
Ce scandale est l'un des nombreux qui a ébranlé ces dernières années l'église catholique. Benoît XVI ainsi que son successeur François ont demandé pardon pour les affaires de pédophilie ayant secoué le clergé. En Allemagne, une école des Jésuites de Berlin a également été au coeur d'un scandale de pédophilie après avoir reconnu des abus sexuels systématiques commis sur des élèves par deux prêtres dans les années 70 et 80.
>>

Partager cet article

Repost 0
Published by leon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens