Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 17:36

La découverte du syndrome NDB12PP en 1990 est-elle emblématique des dysfonctionnement en France ?

 

Le syndrome neurologique de «carence vitaminique B12 avec test de Schilling normal», actuellement dénommé syndrome NDB12PP, a dans un passé récent été responsable d’un grand nombre de cas de faux diagnostics de maladies d’Alzheimer.

 

Il importe donc de savoir différencier le syndrome NDB12PP de cette démence irrémédiable  puisque les troubles neurologiques et psychiatriques qu’il induit sont, à la différence de la maladie d’Alzheimer, accessibles  par un traitement simple et très peu coûteux, en l’occurrence celui de la maladie de Biermer.

 

CIRCONSTANCES DE SA DECOUVERTE: La découverte clinique de ce syndrome s’est faite fortuitement en France en 1990 à l’occasion de l’hospitalisation d’un malade en neurologie et en gériatrie dans des conditions tellement dramatiques et peu valorisantes pour Recherche et certaines pratiques en médecine qu’elles en sont devenues irracontables.

 

La reconnaissance de sa réalité est de ce fait loin d’avoir rapidement suivi sa découverteet la diffusion de la connaissance de ce syndrome s'en est ainsi trouvée ralentie, pour ne pas dire contenue et refoulée, ce qui fait qu'il reste encore de nos jours largement méconnu, non seulement de la plupart des généralistes, mais de nombreux de neurologues, de psychiatres, de gériatres, de gastro-entérologues et d’internistes, ainsi que j'ai pu m'en rendre compte, alors qu’il affecte peu ou prou des centaines de milliers de sujets du "troisième âge". Une meilleure reconnaissance devrait permettre de faire disparaître sa dommageable confusion avec la maladie d‘Alzheimer, ce qui a est déjà arrivé (cf. article site n° 69972425 html) et reste sans doute encore possible.

 

Ainsi que le déplore la juge d'instruction Marie-Odile Bertella Geffroy dans une interview, la justice ne peut-être rendue dès lors que l‘indépendance des parquets n’existe pas par rapport au pouvoir politique. L’affaire dite "du sang" l'avait démontré, celle de l'hormone de croissance comme actuellement le procès de l‘amiante, que l'on "saucissonnerait". Madame M-O. B.-G. déclare ne plus croire en la justice après qu’elle a tenté de l’incarnée dans diverses affaires affectant la vie et la santé des populations (d'après «Marianne» de cette semaine n° 875).

 

L’occultation de la découverte du syndrome NDB12PP paraît avoir relevé du même phénomène de non indépendance des structures hospitalières par rapport aux pouvoirs administratifs : cette découverte a été mal traitée par le Service qui est passé à côté alors qu‘elle lui tendait les bras. L’hôpital a par la suite cherché à couvrir les manquements de son Service de Neurologie à ses obligations de soins, la direction de l’AP - HP, l’Ordre des médecins, la Direction de la Santé et les pouvoirs politiques s’entendant ensuite pour empêcher la justice de fonctionner normalement. Le tout est assez emblématique de dérives ploutocratiques régissant les dysfonctionnements de la cinquième République, la société française étant parcellisée, pour ne pas dire éclatée par les corporatismes. D'où l'allusion à "l'objet petit a" dans le précédent article sur le "dieudonnisme".

 

La découverte de ce syndrome n’a en effet pas été le fait ni du goût des neurologues qui avaient en charge le malade alors qu’ils étaient tout à fait en mesure de la faire, mais de son fils, médecin psychiatre, qui s’est vu obligé de la faire à leur place alors que son père était dans le coma faute d'avoir été durant plus de 5 semaines été traité comme' il aurait fallu (cf. article n° 108281777 html). Son sauvetage a été considéré comme un crime de lèse majesté, par conséquent passible de bannissement.

 

Les neurologues avaient refusé de le reconnaître à la suite ou à cause à de ce nous appellerons, pour ne pas être désobligeant, des "malfaçons". Au départ chirurgicales, ces malfaçons ont été suivies d’une curieuse "errance diagnostique", qui faillit être fatale au malade.

 

L’Ordre des médecins les a avalisé en vertu de ses affinités avec leurs auteurs, de même ensuite les médecins chargés de l’expertise des "malfaçons" qui furent à son origine. Des malfaçons déclarées vénielles alors qu’elle étaient à l’évidence majeures et grossières.

 

Les "malfaçons" chirurgicales à visée lucrative sont en fait légion, favorisées qu’elles sont par le corporatisme, trop prégnant en France, selon Bruno Lemaire. (Cf. Hervé Hamon "Nos médecins"Le Seuil, 1994, livre primé par le Medec ; Didier Sicard  "l'alibi éthique"Plon2006; Gérard Davet etFabrice Lhomme "French connexion" Stock 2013 ). Elles consistent p. ex. à opérer des cancers inexistants. Ce fut p. ex. à Toulouse en 1988 à la Clinique Saint-Jean de Languedoc chez les patients du Dr. Georges Rossignol, mais ces malfaçons passent la plupart du temps inaperçues du fait que les victimes ne sont pas en mesure, sauf exception, de les appréhender , et que l'État a eu la mauvaise idée de confier à une institution des plus corporatistes qui soient "mission de Service public", en l'occurrence à l'Ordre des médecins. Cette erreur de distribution des rôles permet à l’Ordre d’intervenir et d'entraver arbitrairement la justice quand et comme bon lui semble. Rares sont en effet les médecins qui, dans leurs expertises médico-judiciaires, osent se soustraire à ses constantes menaces de représailles corporatistes, l’Ordre allant jusqu’à violer les principes de la déontologie médicale qu’il édicte au profit d’intérêts catégoriels, sinon pour satisfaire des intérêts administratifs lorsque ceux-ci coïncident avec les premiers. Dans la susdite affaire, qui ne mettait pas en cause les pouvoirs politiques, il a attendu de ne pouvoir faire autrement pour la condamner alors qu‘il était au courant.

 

CONCLUSION: les circonstances et les modalités de son empêchement portent à penser qu'il n'était pas sans rapport avec «l’affaire du sang»?

Partager cet article

Repost 0
Published by leon - dans Sociologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens