Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 17:09

Une innovation technique qui permet de relancer l'économie sur des bases plus saines que le développement de l'énergie nucléaire et l'exploitation des énergies fossiles.

Les politiques qui auront su promouvoir cette technique pourront se targuer d'avoir fait baisser le chômage. 

 

Le potentiel énergétique des marées se chiffre en effet en dizaines de milliers de térawatts. Il peut être récupéré bien plus massivement, bien plus économiquement et bien plus écologiquement qu'avec le système classique des barrages grâce à deux procédés techniques, tous deux séquentiels,  l'un "à mémoire de charge", dénommé STSMC, l'autre, plus simple (sans mémoire), et donc plus facile à mettre au point et rapidement exploitable, dénommé STSMI (quelques semaines suffiraient pour le mettre en exploitation).

 

Contrairement aux éoliennes et aux hydroliennes, qui sont chères, fragiles, et dont le rendement n'est pas fameux, ces deux systèmes remplissent les qualités nécessaires à une exploitation massive de cette énergie, même dans les pires conditions météorologiques qui soient.

La mise en service de ces systèmes permettrait ainsi de faire l'économie et du nucléaire et de l'exploitation des gaz et pétroles de schistes.

Ces procédés techniques ont été testés sur maquettes, et rien ne s'opposent à ce qu'ils soient opérationnels en vraie grandeur.

 

N.B. L'inventeur n'est pas ingénieur, mais médecin.

Il a en 1990 initié la découverte du syndrome de "carence vitaminique B12 avec test de Schilling normal" (voir sur la Toile  l'histoire de cette découverte. Il importe de la connaître parce qu'elle permet de ne plus confondre cette entité nosologique, accessible à un traitement simple, avec la maladie d'Alzheimer, maladie juqu'à maintenant incurable, et surprenante, parce qu'elle aurait pu et dû être faite bien avant 1990. Or elle reste méconnue de nombreux médecins, ainsi que j'ai pu dernièrement le constater - en 2014  - dans un sondage. En 2012, les profeseurs Bernard Debré et Philippe Even ont à propos de la vitamine B12, omis d'en parler dans leur "Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux").

 En 1990, sa découverte fut faite dans des conditions qui furent éprouvantes, pour ne pas dire épouvantables parce que l'auteur n'avait pas été cru par les neurologues du CHU  Bicêtre. Ils se réclameront dans les années suivantes de l'INSERM pour leurs travaux sur l'intérêt de la vitaminothérapie dans les maladies neurologiques alors même qu'ils avaient en 1990 fait semblant d'appliquer le traitement vitaminique B12 que je préconisqais pour leur malade. La panique s'est emparé d'eux après que la validité de la susdite notion a été démontrée. J'avais en l'appliquant sauvé la vie de leur malade alors qu'il était à l'article de la mort (voir comment au site n° 108281777 html, et au site n° 73331815 html les raisons qui longtemps m'ont donné à penser qu'il ne s'était sans doute pas agi d'une erreur aussi innocente que j'avais pu le croire).       

Quoiqu'il en soit, depuis 2003, avec l'abandon du test de Schilling, cette entité a pris le nom de syndrome NDB12PP (syndrome de Non Dissociation de la vitamine B12 de ses Protéines Porteuses). Sa découverte fut attribuée à d'autres auteurs, et besoin a été de préciser qu'aucun "conflit d'intérêt" (sic) n'a présidé à sa découverte !

Quant au STSMC et au STSMI, ces systèmes auraient aussi bien pu être découverts et mis en service dès le début du vingtième siécle ! Il n'est pas trop tard pour bien faire. 

Comme quoi l'innovation ne rime pas forcément avec la recherche fondamentale  

 

 

..............................................

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens