Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:51

Il n'y a pas que les jeunes et jolies femmes qui sont violées, beaucoup plus souvent les enfants, et parfois, pour ne pas dire très souvent, des bébés, qui sont pour les pervers utilisés comme des sex-toys

  

Comment empêcher de telles monstruosités ?  

 

Il faut signer le manifeste des 313 femmes,  mais cela ne peut suffire. Il faut aussi dénoncer  les négationnistes, à commencer par Sigmund Freud et ses zélotes. Ce très célèbre médecin était aussi un escroc intellectuel, un logicien pervers  - il faut bien appeler un chat un chat - qui a fini par croire à ses propres  (sales) mystifications assenées sous le masque de la vérité.

 

Freud savait très bien à quoi s'en tenir au  sujet de l'exploitation sexuelle des enfants, ainsi qu'a osé le faire savoir en 1981 aux Etats-Unis Jeffrey Mousaïeff Massson. Lui même psychanalyste, Masson avait eu l'occasion de mettre son nez dans les archives freudiennes. Ce qu'il découvrit le stupéfia. Elisabeth Roudinesco, en négationniste attitrée de la sinistre mystification freudienne, a osé qualifier de "peu rigoureux" son travail.  Son attitude est tout à fait comparable à celle des individus qui nient le génocide des Juifs et des Tziganes par les nazis.

  

Ayant commencé à dénoncer la chose impensable  (la Chose petit "a" de son succédané français Jacques Lacan), Freud ne tarda pas à découvrir qu'il s'attirait l'hostilité des consommateurs.  Plutôt que de se taire, Freud fabriqua un alibi à l'usage des violeurs, des incesteurs et des pédoclastes du monde avec  le complexe d'Oedipe. 

 

Il suffisait de faire  dériver toute activité, quelle qu'elle soit, de la sexualité pour le faire émerger  comme  un corollaire de cette activité. Mélanie Klein, plus royaliste que lui, a pu prétendre qu'il existait dès le sixième mois chez le nourrisson. Elle a bien tort : elle aurait logiquement dû le situer dès la naissance, puisque qu'un nourrison qui tète sa mère prend la place du père en se livrant avec sa mère à une activité hautement érotique, une activité qui peut effectivement initier chez certains pères une jalousie petit "a". 

 

Il faut relire le cas de "Dora", alias Ida Bauer (présenté par Freud dans ses "cinq psychanalyses" ) . Freud et ses zélotes ont  fait semblant de ne pas comprendre. Le psychanalyste Patrick Mahony a revisité le cas pour montrer la comment Freud avait biaisé la réalité.  Il n'a cependant pas voulu (ou oser) aller plus loin dans son analyse interprétative.     

 

Le succès d'une théorie qui inversait les rôles fut au rendez-vous. Des ecclésiastiques lui ont emboîté le pas. Vous demanderez-vous pourquoi ils se sont fait "psychanalystes" ? 

 

Le Professeur Henri Baruk dit que Freud avait réussi à pervertir la psychiatrie et à semer partout la haine. Freud a non seulement fabriquer (et non pas découvert) le complexe d'Oedipe, mais pour parfaire son oeuvre de destruction des victimes de viol et d'inceste a inventé le concept de "l'enfant pervers polymorphe" et celui de la prostituée infantile et débile, une invention qui  a longtemps eu pour effet (et qui l'a encore) de ligoter les victimes.

 

A signaler un livre ("L'enfer" de Catherine Derivery, paru chez Nil  en 1999 si mes souvenirs sont bons), est passé relativement inaperçu, encore qu'il ait fait l'objet d'une émission en présence d'Elisabeth Roudinesco, venue défendre la psychanalyse .

Une consoeur, fille de médecin, qui avait été incestée par son père à l'adolescence, n'a pas pu en parler en psychothérapie analytique : son analyste lui a dit que c'était "des fantasmes". Une journaliste qui se cache sous le nom de Valérie Talmont,  dans son livre sur l'inceste (Cf. "L'inceste" collection "J'ai lu", page 123 - je ne sais si elle figure sur la liste publiée dans le Nouvel Observateur  des 313 femmes à avoir signé le manifeste des victimes de viols) raconte comment "un ponte" de la psychiatrie lui a asséné qu'elle était victime de "fantasmes". Il est dommage que Valérie Talmont  n'ait pas voulu ou osé révéler son nom, parce qu'une telle assertion est un surviol, une sur-violence par procuration faite sous le sceaux du freudisme. Le Dr. Samuel Lepastier (je ne sais s'il s'agit de lui) a lui aussi  eu le culot de dire qu'à Outreau les enfants avaient été victimes de leur "inconscient" (Cf. son commentaire de l'affaire paru dans Le Monde en février 2006). J'ai en 1945, quand j'avais 6 an, été violé  (par qui ?) dans le cabinet du Dr. B. (qui valet O). Ce médicastre de quartier avait installé chez lui une chambre avec un grand lit surmonté de luminaires censés délivrer des U.V.. (je me demande si se lampes n'étaient  pas en fait des lampes à UV factices. Ce sont je me souviens, c'est que ces lampes ressemblaient des tubes néon.  Elles ne m'ont, d'après mes souvenirs, jamais occasionné d'érythèmes. Lr Dr. B. avait été appelé par mes parents quand j'avais quatre ans parce que je me tordais de douleurs pour avoir mangé  un trop grand nombre de mauvais chocolats de Noël. Il  m'avait fait allonger sur la table du séjour et avait dignostiqué chez moi une appendicite en enfonçant violemment, en appuyant de tout son poids, ses deux pouces dans ma fosse iliaque droite.

 

Une dizaine d'années plus tard il laissa un petit voisin mourrir d'une méningite tuberculeuse alors qu'il venait presque tous les jours le "soigner". 

 

Mes parents auraient quand même dû se méfier de lui. Il avait de bien curieuses façon d'exercer la médecine : ma mère m'a raconté qu'il lui arrivait de se pointer  à l'improviste demander des nouvelles de notre santé et de réclamer le prix d'une consultation.

 

Le docteur B. s'était aperçut que mes parents, ma mère comme mon père,  avaient la hantise du rachitisme (j'en connais désormais la cause). Il avait au sortir de la guerre ainsi pu facilement les persuader que je vienne chez lui profiter de sa nouvelle  installation UV . Il ne m'a pas violer tout de suite. Il  a attendu plusieurs séances (la troisième ou quatrième séance pour détourner toute méfiance. Il habitait un appartement de immeuble voisin de celui où nous habitions  ce qui faisait que je pouvais me  rendre seul à ces seances d'UV. Je ne sais d'ailleurs pas si c'était lui l'auteur des violences. J'avais les yeux bandés. Il me semble qu'il n'était pas tout seul quand c'est arrivé.  

 

J'ai après la dernière séance du tout au tout brusquement changé de caractère. Je me suis mis à devenir craintif à l'extrême. Je me suis mis à faire des  rêves cauchemardesques, jusque très tard dans mon existence. Ils n'étaient que la répétition de la très violente agression dont j'avais été victime en 1945 alors que j'avais les yeux bandés. Un bandeau de feutre noir m'entourait la tête pour les protéger des U.V.. Après la dernière séance, je m'étais soudain mis non seulement mis à ne plus vouloir retourner chez lui, mais même passer devant la boutique du coiffeur du coin m'effrayait parce que les installations du coiffeur me rappelait celle du Dr. B.. Bien plus tard la vue d'une salle d'opération dans un film me donnait de vives palpitations sans que j'en comprenne l'origine (dans des groupes de paroles j'ai pu me rendre compte qiue les victimes d'incestes et de viols ne réalisaient pas le lien existant entre leurs symptômes et la violence subie).

   

Pour me faire entendre raison, mon père se mit à me "corriger" violemment, excédé par mon comportement, devenu incompréhensible et invivable. Un médecin psychiatre, le docteure Moreau-Dreyfus, du dispensaire Furtado-Heine (situé près de la rue d'Alésia pas très loin de l'hôpital Broussais ) expliqua à ma mère que j'étais une "lavette" (sic) souffrant du complexe dOedipe, et que c'était pour ça que je ne voulais plus comme avant dormir seul dans ma chambre et exigeais de dormir la lumière allumée. J'ai rapporté plus en détail cette affaire sur mon blog (blog de léon - pierre cretien (voir aussi autres articles 103012573 html)

J'ai ecouté Clémentine Autain ce matin (07.09.12) sur France-inter, c'est pour ça que j'ai envoyé le texte ci-dessus au site consacré au Manifeste contre le viol des femmes, car il n'y a pas que les jeunes et jolies femmes à être dskanisées. Il y a aussi les femmes du troisième âge qui sont violées en Institution, avec le silence complice des responsables et des médecins. Parmi les violeurs, les médecins ne sont d'ailleurs pas les derniers à être de la partie. Une de mes amies m'a dit avoir été dskanisée par celui qu'elle avait été consulter alors qu'elle était sa dernière patiente. C'était sa façon de procéder, pour terminer ses consultations en beauté. Elle n'a pas osé aller porter plainte, pas non plus osé en parler à son mari, de peur qu'il n'aille le tuer. Elle ne voulait pas que son mari aille en prison à cause de "ça" m'a-t-elle dit.

Ce texte est celui légèrement modifié que j'ai envoyé ce matin aux militantes du Manifeste contre le viol pour signaler (si on ne le sait pas) que l'Ordre des médecins protège les praticiens qui se livrent a de telles pratiques (Cf. Google 73331815 html et 108281777 html ) Dr. Pierre Cretien Tel 0678 58 96 21

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Candide 20/05/2013 07:48

Un témoignage délirant incohérent et diffamatoire, en particulier contre le conseil de l'ordre des médecins censé défendre les violeurs !!! Juste du pur fantasme de Troll anti-médecins.

leon 31/07/2013 17:14



CE COMMENTAIRE "CANDIDE" POURRAIT PROVENIR DU DOCTEUR PATRICE BODENAN°°° LE PSEUDO REANIMATEUR FORME CHEZ PIERRE HUGUENARD. IL S'ETAIT ILLICITEMENT IMMIXE DANS CETTE AFFAIRE
POUR PROTEGER LA CLINIQUE DE SA CHERE CONSOEUR ET AMIE EDITH ELMELIK "SPECIALISTE DES HÖPITAUX" (sic). VOIR SON  MEMOIRE DE DEA D'ETHIQUE MEDICALE  PUBLIE SUR LE NET AU
SUJET DES "PROBLEMES POSES PAR LES COMMISSION DE CONCILIATION HOSPITALIERES" ? Je lui conseil de se mettre au parfun et de lire Sophie Coignard. "L'OMERTA FRANCAISE"
PARU LA MËME ANNEE QUE SON INDIGESTE MEMOIRE CHEZ ALBIN MICHEL AINSI QUE "QUAND LES PSYS PASSENT A L'ACTE" DE LOUISE DE URTUBAY, PUBLIE EN 2007 au
P.U.F. +  "QUAND L'ORDRE REGNE" de BARTH et VARGAS  chez Mango documents en 2001.  Ou alors de J-J R mais c'est moins probable. Il pourrait aussi
faire un petit tour sur le Net en associant "Viols" à "Conseil de l'Ordre". Ou encore de Saïd lui-même ? Ou d'une personne qui a quelque chose à se reprocher dans cette sinistre affaire
?


 



Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens