Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 17:00

Madame la  Ministre, vous aviez dénoncé les surcoûts supportés par

l‘Assurance Maladie au micro de France-Inter le 23 juin 2012.

Mais il n’y a pas que la diésélisation du parc automobile français, les habitations et les constructions à l'amiante, la sur-prescription et la sur-consommation médicamenteuse, très souvent iatrogène chez les personnes âgées à être causes de surcoûts . Il y a aussi  la "loi du silence", qui lui coûte très cher, la seule qui soit vraiment respectée en ce pays (note 1*), y compris par les caisses de l' Assurance Maladie.  

  

Cette loi contre-légale permet à certains Laboratoires pharmaceutiques de mettre et de maintenir en circulation des produits pharmacologiques plus iatrogènes qu‘utiles parce qu’elle leur permet de faire taire les sonneurs d'alertes cependant que l’ État capitalistique s’applique à décorer les patrons de ces Laboratoires de la légion d'honneur et à l'Ordre des médecins d'imposer, sous peine d'excommunions, le silence sur les fautes, dont les plus criminelles, commises par des praticiens dans l'exercice de leur profession (cf. les informations qui m'ont été données par l’inspecteur Christian Raeckelboom au commissariat de l’Haÿ-les-Roses le 21 janvier 1991 au sujet des activités de la Clinique des Elmelik (Cf. 73331815 html chap. II § 5 et 108281777 html)  

 

Les Socialistes semblaient en avoir pris conscience dans les années 1970. Ils avaient promis la dissolution de l'Ordre des médecins dans le Programme Commun de Gouvernement, mais s’étaient dépêché d’oublier leur promesse une fois arrivés au pouvoir.

 

Du fait de leur oubli plus ou moins bienveillant à l'égard de cette Clinique qui travaillait en accointance avec la Mairie "socialiste" de l'Haÿ-les-Roses, je me suis trouvé impuissant face à l'omerta-loi que l'Ordre a fait régner au sujet de ce qu'ils avaient commis le 25 mai 1990 à l'encontre de mon père, des actes motivés par le besoin  de renforcer le cash-flow de leur Clinique, non pas de prodiguer des soins appropriés à leur patient.

 

Ma consœur Catherine Bonnet en a aussi fait l'amère expérience en 1999. Elle qui s'était vue signifier une interdiction de trois fois trois ans d'exercice professionnel par le Conseil disciplinaire de l'Ordre des Médecins soi-disant pour avoir fait trois signalements de viols pédophilocratiques.

 

Ma Consœur avait en cherchant à m'aider peut-être ou plus probablement sans doute déplu à un Ordre qui protégeait les médecins de cette Clinique (note 2*).

 

Le procureur Michel Barrau était évidemment au courant des viols que commettait le médecin propiétaire de cette Clinique sur les accouchées. Or l'article 40 du code de procédure pénal fait obligation de signaler les crimes dont les agents de l’État ont connaissance dans l'exercice de leur profession. Mais à quoi sert donc cet article 40 dès lors que ses premiers représentants sont les premier à les bafouer au bénéfice de grands délinquants ?

 

Selon ce que m'avait rapporté maître Annick Dorsner-Dolivet, madame Toxé, juge d'instruction au TGI de Créteil, prétendit "que les prisons étaient suffisamment pleines, qu'elle ne voulait donc pas aller embêter ces vieilles gens " (c'est-à-dire l’équipe de ''pieds nickelés'' qui sévissait à l’Haÿ-les-Roses dans la Clinique des Elmelik) pour refuser d'instruire la plainte que mon père avait introduit à l'encontre de ses agresseurs , une plainte formée avec constitution de partie civile. Le doyen des juges d'instruction de ce tribunal - à l’époque Serge Portelli (4*) - la lui avait transmise. Madame Bénédicte Scelle a la suite de l'insistance de Me Dorsner-Dolivet avait accepté de le faire .... à la condition que l’affaire ne soit pas "ébruitée" (sic, cf. site 73331815 html chap. I § 15)  

 

Pierre Joxe, ancien ministre, en tant qu'il a pris conscience du coût social des maltraitances, se   consacre désormais à la défense des enfants. Il était présent à la Table Ronde organisée par mon confrère le Dr. Gérard Lopez le 24 février 2011 à l'Institut de criminologie de Paris, une Table ronde consacrée aux conséquences de la mystification d'Outreau, qui a fait que des pédocriminels se sont vus indemnisés par la Justice au lieu de se voir condamnés. Le Dr. Gérard Lopez avait écrit pour l'introduire « /...…/ les résultats de la recherche se heurtent aux positions idéologiques et aux réactions émotionnelles largement entretenues par les médias. Les nouveaux masques du déni de la maltraitance infantile - syndrome des faux souvenirs, syndrome d'aliénation parentale, résilience mal interprétée, critique d'une société soi-disant compassionnelle - parviennent à relativiser dans une large mesure le discours scientifique concernant les conséquences personnelles et sociales de la maltraitance infantile. A ce titre le procès dit d'Outreau a des conséquences particulièrement délétères sur le plan sociétal et probablement sur les droits des enfants bien que 12 des 15 enfants aient été reconnus victimes de viols et d'actes de proxénétismes». /....…/ (Cf. ‘’Outreau, la vérité abusée’’ M.-C. Gryson-Dejehansart, Hugo & Cie éd. , oct. 2009 ).

 

A son texte j'ajouterais que des médecins, parfois des psychiatres et des psychanalystes historiques ou mnon, ont saisi pour eux-mêmes tout l'intérêt, en tant que consommateurs, qu’ils pouvaient trouver aux théorisations freudiennes. Ces théories sont les anciens masques transformant les maltraitances, y compris et surtout les maltraitances sexuelles, des adultes à l’encontre des enfants ou d'autres adultes en fantasmes dus à un prétendu ''complexe d'Oedipe" (Cf. le texte de Freud datant de 1919 intitulé ''Ein Kind wird geslagen'' (On bat un enfant) Cf. aussi l'article du Dr. Samuel Lepastier paru dans ''Le Monde'' du 8 février sur les enfants d’Outreau.

 

Les raisons de l'interdiction d'exercer signifiée à Catherine Bonnet étaient sur-motivées : l'Ordre avait non seulement été gêné par les signalements qu'elle avait fait, mais parce qu’il avait eu connaissance de ce qu'elle avait essayée de m'aider en me proposant de recourir à Maître de la Morinerie, avec qui elle collaborait à la Fondation Danan, une avocate qui en réalité exerçait à l'encontre des victimes de violences sexuelles (5 * ), à en juger par le fait qu'elle fit tout pour torpiller la cause qui lui avait été confiée (Cf. comment et probablement pourquoi site 73331815 html)

 

Cet état de chose a fait que mon père, et moi-même par ricochet, avons subi des menaces via l'Ordre de la part des médecins de la Clinique de l'Haÿ-les-Roses et de ses soutiens logistiques.  A noter que le délit ou l'infraction de coallition de fonctionnaires a disparu en 1994 dans larédaction du Nouveau Code Pénal.  

 

J'avais en juin 2012 brièvement fait savoir à Delphine Batho, alors Ministre déléguée à la Justice, comment mon père avait failli une première fois laisser sa peau à la Clinique des Elmelik, et peu après une seconde fois dans le Service du Pr. Gérard Saïd apparemment du fait de la communauté d'intérêt qui liait ce Service à la Clinique Emelik (7)

 

Les neurologues avaient confié à leur Interne l'irresponsabilité de confectionner au nom du , c'est-à-dire au nom de l' INSERM, un compte-rendu mensonger et pour amener le Dr. Jean-Yves Beinis à poursuivre aveuglément ses directives, jusqu'à ce mort s'en suive, qui se devait de paraître inéluctablement due au génie propre d'une "ATTEINTE DIFFUSE DU SYSTEME NERVEUX compliquée d'une DTA (Démence de Type Alzheimer).

  

Faisant confiance l'actuel gouvernement, a priori plus "normal" et réaliste que les précédents pour mettre à plat cette sale affaire, une affaire qui m'a laissé financièrement exsangue parce que l'Ordre des médecins et la justice se sont toujours efforcé de la torpiller, l'Ordre ayant fait tout son possible pour me faire "payer cher" ma non observance de sa loi du silence.

 

L'Article 40 du Code pénal fait obligation aux agents de la fonction publique de signaler aux autorités compétentes les crimes dont ils ont connaissance. Or en 2004 j'ai été accusé - dans son bureau et devant témoins - par madame Isabelle Pilot, la sous-directrice de Bicêtre "chargée des relations de l'hôpital avec la clientèle" (sic - les malades dans le système capitalistique ne sont plus des patients ou des malades mais des "clients", c'est-à-dire des individus auxquels il faut vendre, et non pas rendre, un service ou un produit) d'avoir moi-même provoqué la maladie de mon père par antisémitisme. Cette accusation, qui fait appel à la notion médico-légale de "syndrome de Münchhausen" (provoquer volontairement une maladie) ne pouvait être qu'une stratégie de défense élaborée par le Pr. G. Saïd, est un crime. Madame Isabelle Pilot et le Pr. Saïd auraient dû se saisir de cette accusation pour, en vertu de l'article 40 du CPP, signaler le fait aux autorités judiciaires. Le Pr. Gérard Saïd et l'administration de l'hôpital Bicêtre ne l'ayant pas fait, je suis moi fondé à informer les autorités responsables de leurs non-dénonciation d'un crime dont ils disaient avoir connaissance.

 

Lors de sa déposition devant l'Inspecteur Christian Raeckelboom au commissariat de l'Haÿ-les-Roses, cet inspecteur nous avait confié que contre la Clinique Elmelik, aucune plainte ne pouvait aboutir, toutes étant systématiquement « bloquées au parquet ».  << J'ai là sur mes étagères cent cinquante plaintes pour viols. Aucune n'a pu aboutir. Les actionnaires de la Clinique sont milliardaires. Ils font ce qu'ils veulent. Il sont protégés en hauts lieux >> ».

La suite prouva que cet Inspecteur avait dit vrai. La Mairie « socialiste » de l

'Haÿ-les-Roses était de longue date acoquinés avec Elmelik, propriétaires de ladite Clinique.

 

Restant à votre disposition comme à celle de la Justice et vous remerciant de votre attention, je vous prie d'agréer, Madame le Ministre, l'expression de ma très grande et respectueuse Considération, vous priant d’excuser la rédaction restée très imparfaite de cette lettre.  

 

 

Article à compléter demain    ............................................................................ 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens