Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 19:02

 Une  solution au problème de l'approvisionnement énergétique de la planète porté à la connaissance du plus grand nombre.

 

If it is not too late, we are however aware it's not, as it was until now, possible to work nuclear power and carbon energy without worth consequences and domages. 

 

Last year, about the 6 th of  june 2012 - today is the 5 th of  june - after 40 years gnawing reflexions about the La Richardais  tidal power heavy station, built in the Armor coast department between  Saint-Malo and Dinard, an other tidal range power recovery  lighter solution occurs me as I was not thinking about it. Very likely as when a slipped name cames to the mind when unexpected. 

 

I called the solution after a while the  "S.T.S.M.C." technology.  That means "Systeme Transfert Sequentiel à Mémoire de Charge", which is easy to translate and to understand.  Now suppose the STSMC works !  It will be considereted as a revolution.  Or a miracle ? As the unexpected rebearth of my father september 1990 ! (see infra). 

 

As I am not in France a civil ingeneer stemmed from l' Ecole des Mines, l' Ecole Polytechnique or Les Ponts et chaussées, but now an old and poor as Job medical doctor, a very like don Quichotte, one says I am not the one to makes such a discovery : << If  such a single solution is possible, since a long time it had been founded ! >>. 

 

Sure, but an accurate reply is : "Why did the idea of  flying wind powered engines  yet occured, and not since a hundred years go ?".

 

 I should in fact have found the S.T.S.M.C.  since a long time. No man is perfect. Neither can I be a prophet in my country. I first make the proposal to Delphine Batho, the french minister to Energy, Ecology and durable Devloppment. Never gave  any answer, yet Jean-Marc Ayrault positive advice to the project september 2012.

As I never tread the english soil, may be can I in England ? Or in Germany, since my little children are german.

 

I know that Alstom has with Rolls-Royce licence to work ORCA and BELUGA turbines at the "raz Blanchart" to catch heavy tidal streams . But those are not a true solution. May be an impediment

 - / - 

 

French : S'il n'est pas déjà trop tard, "nous" (les terriens) avons quand même fini par nous apercevoir de ce qu'il n'est plus possible d'avoir indéfiniment recours aux énergies fossiles et  aux énérgies de fissions nucléaires sans faire courir à la planète les pires risques de bouleversements écologiques,  pour longtemps délétères, c'est-à-dire préjudiciables aux futures générations.

 

L'an dernier, le 6 juin 2012, un jour de grande marée, baie de La  Fresnay, après 40 ans d'interrogations taraudantes au sujet de la pertinence du système de récupération de l'énergie des marnages par l'usine marémotrice de La Richardais (contruite dans les année 1960 en Côtes d'Armor dans la baie de la Rance entreDinard et Saint-Malo) une solution plus rationnelle que la construction d'un lourd barrage pour récupérer cette énergie m'est venue à l'esprit alors que j'avais abandonné l'idée intuitive qu'elle devait exister. Semblablement à ce qui se passe quand on retrouve un nom oublié alors que l'on a cessé d'y penser.  

 

Après un temps de ruminations, j'ai fini par appeler le système STSMC,  c'est-à-dire "SystèmeTransfert Séquentiel à Mémoire de Charge", qui résume assez bien le principe sur lequel il repose. Il permet de faire tourner "on shore" des groupes électogènes chargés de convertir l'énergie potentielle des marnages récupérée "in shore" par des capteurs cellulaires immergés en profondeur  et dotés d'une  mémoire de forme.

 

L'intérêt principal du procédé vient de ce qu'il permet une récupération très efficace de ce formidable gisement d'énergie - inépuisable à l'échelle humaine - partout où les marnages sont importants, donc non seulement en quelques sites privilégiés comme p.ex. baie de Funday au Canada ou celle du Mont Saint-Michel en France, mais de façon plus beaucoup plus écologique et économique que la construction de barrages. Le procédé est en outre discret et permet de programmer et de lisser la production d'énergie eu égard au fait que l'heure des marées diffère en France d'un lieu à un autre de la façade Atlantique.

 

Comme je ne suis pas un ingénieur issu de l'Ecole Polytechnique, de l'Ecole des Ponts et Chaussées ou de l'Ecole des Mines,  mais médecin, l'invention  du STSMC cours le risque de passer pour une utopie don quichottesque, donc de ne pas être prise réellement en considération.

 

J'ai déjà fait remarquer que Louis Pasteur n'était pas médecin alors qu'il a révolutionné l'infectiologie et inventé un vaccin contre la rage, que Newton, qui n'était pas astronome, a révolutionné l'astronomie. Il ne devrait donc pas être à un médecin interdit ou impossible de trouver une solution à un problème qui ne relève pas stricto sensu de sa compétence, encore qu'il soit possible de considérer l'énergie "gap" comme une maladie carentielle. 

 

 J'aurais en fait dû trouver le procédé  S.T.S.M.C. depuis longtemps, mais personne n'est parfait. Il est difficile d'être prophète dans son propre pays.

 

J'avais tout d'abord formulé ma proposition à madame   Delphine Batho,  la ministre de l' Energie, Ecologie  et du  Developpment.durable. Elle ne m'a jamais répondu, malgré l'avis de Jean-Marc Ayrault, qui l'a relancée en septembre 2012. L'Angleterre cherche à exploiter ses marnages, sera intéressée. Ou l'Allemagne, pour la mise au point et la fabrication duSTSMC, mes petits enfants étant allemands. 

 

Alstom a établi des accords avec  Rolls-Royce  pour exploiter les puissants  courants de marées du raz Blanchart  via les hydrolieNnes  ORCA et  BELUGA. Mais cette une solution accessoire, voire une solution qui retardera la bonne décision.

 

* Brève exposition du principe de fonctionnement  du STSMC :


Le Système Transfert Séquentiel à Mémoire de Charge consiste à récupérer l'énergie potentielle des marées au moyen de capteurs cellulaires à mémoire de forme. Immergés à des profondeurs pouvant aller jusqu'à 100 mètres, voire plus, aux pieds des côtes, ces structures cavitaires lourdement lestées répercutent à marées hautes l'énergie des gaz emmagasinée à marée basse grâce à leur mémoire de forme pour faire tourner à marée des groupes électrogènes placés off shore.


Une fois que la force de travail des gaz sous pression a été transformée en énergie électrique, un système interne fortement résilient leur permet de reprendre leur forme de départ et de se remplir à nouveau de l'air atmosphérique de façon à pouvoir recommencer un cycle d'exploitation à la marée haute suivante, et ainsi de suite. L'efficience d'un tel système est mathématiquement démontrable tandis qu'une modélisation en démontrerait facilement faisabilité pour un coût minime, voire dérisoire par rapport à bien d'autres projets énergétiques ou un forage exploratoire pour l’extraction pétrolière.

 

Le procédé consiste donc a faire travailler des gaz sous pression plutôt que la pression de l'eau sur les pales d'une turbine. D'où une maintenance simplifiée.

 

...........................................................................................................................

 

 

Repost 0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 14:55
La  technique VMF fait appel à des structures à mémoire de forme. Elle va devenir incontournable et devrait pouvoir assez rapidement pouvoir se substituer aux  centrales nucléaires pour la production énergétique.  
 
Le principe sur lequel repose la technique des VMF est relativement simple à comprendre. Il faut s'étonner de ce qu'il ne soit pas venu à l'esprit des ingénieurs de le tester dans les années 1960.  
 
Pour accéder à sa compréhension il suffit de se reporter sur ce blog à l'article consacré  aux "Vessies à Mémoire de Forme". Le principe  y est explicité au travers d'un petit conte scientifique.  
 
Concevoir et construire des "VMF" de très grandes capacités pouvant fonctionner à 50 mètres voire à 100 mètres de profondeur n'est pas un problème insurmontable.  Il faudra très lourdement lestées ces structures pour qu'elles puissent résister aux forces d'Archimèdes et aux courants sous-marins.

 

La technique VMF pourrait très rapidement  permettre  d'exploiter rationnellement l'immense réservoir énergétique que présentent les marnages partout où ceux-ci sont importants, c'est-à-dire en France sur toute safaçade atlantique sans se contenter  d'exploiter des espaces propices, tel l'estuaire de la Rance, et sans qu'il n'y paraisse  en surface - puisque immergées à des dizaines de mètres de profondeur. Cette technique permettra  l'exploitation de cette énergie plus efficacement, plus économiquement et plus écologiquement que les classiques de barrages.

 

Elle pourrait, si on s'en donnait les moyens, être mise en place avant même que la Centrale de Flamanville soit en mesure de livrer ses premiers watts nucléaires, du moins à titre expérimental,  en testant quelques  petites ou moyennes unités.



Il importe donc d'y sensibiliser les élites politiques, les rendre conscients de ce  que la méthode VMF va  désormais devenir incontournable.

 

L'enjeu est capital puisqu'il s'agit rien moins que de sortir la France de l'impasse économique où elle s'est fourvoyée. Il importe de mettre la technique VMF en route le plus vite possible. Je n'ai pour ma part que mon blog de redresseur de tort (*3) à faire valoir. Un blog qui en réalité me dessert puisque j'y dénonce la forfaiture dont mon père, et moi-même par ricochet, avons été victimes. J'avais, contre l'avis - borné ou diabolique ? - des neurologues qui l'avaient en charge dû opérer son sauvetage en catastrophe (*2).



Il ne s'agit plus avec la méthode VMF de sauver un ou quelques malades, mais l'économie française dans son ensemble, fossilisée par ses importations énergétiques.



Le remède est là. Il faut que l'industrie sidérurgique le saisisse. Elle se doit de préserver ses potentialités productives, notamment Florange, pour ne pas risquer de se trouver dans la nécessité de recourir à des importations d'aciers.

 

Conclusion : les VMF rendront à terme inutiles le maintien en fonctionnement des centrales nucléaires.

 

Dr. Pierre Cretien

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de leon
  • : 1° Réflexions sur les impostures et les incohérences des systèmes soignants 2°Réflexions sur les sources énergies écologiques
  • Contact

Recherche

Liens